Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
18 mars 2015 3 18 /03 /mars /2015 18:00

Je suis une fille chiante. Demandez à mon mari, il vous le confirmera sans hésiter.

Ma mère, qui est une femme formidable, m'a mis plein d'idées chiantes dans le crâne quand j'étais petite et je constate aujourd'hui, en étant devenue adulte et mère à mon tour, que j'ai été conditionnée.

Je vous parle du conditionnement parce qu'hier soir, le 17 mars 2015, j'ai regardé l'émission Les pouvoirs extraordinaires du corps humain, animée par le Dr Michel Cymès et Adriana Karembeu. Je les aime beaucoup ces deux-là, ils me font rire, ils ont l'air sympatiques et bienveillants. J'avais bien aimé l'émission sur le cerveau. J'apprécie beaucoup l'humour et les interventions télévisuelles du Dr Cymès, j'en parlais LA. Et Adriana est surdouée, même s'il y a controverse à ce sujet selon certaines personnes parce que c'est Jeanne Siaud Facchin qui l'a dit et qu'elle voudrait juste faire fructifier son business, certains pensent qu'on ne peut pas être surdoué en dessous de 130 de QI comme s'il y avait une ligne bien nette entre 129 et 131? Moi je crois sincèrement qu'Adriana est surdouée, n'oublions pas qu'il y a des choses que les psy spécialisés peuvent voir au-delà des scores. Je connais 2 enfants précoces qui ont un score global inférieur à 130 (mais tout de même supérieur à la moyenne, comme Adriana) que des psy spécialisés ont tout de même diagnostiqué surdoués, parce que comme je le dis souvent à propos des bilans psychométriques, ce n'est pas tant le résultat qui compte durant les épreuves mais les moyens mis en oeuvre pour arriver au résultat. Enfin, les tests de ces enfants ont montré qu'ils souffraient du trouble de déficit de l'attention sans lequel ils auraient obtenu un score supérieur.

L'émission d'hier soir portait sur les différences entre les hommes et les femmes. Je vous invite à la visionner en entier mais je vais vous parler seulement d'une petite partie de l'émission: des chercheurs ont démontré que les filles se conditionnaient à être moins bonnes que les garçons dans les matières scientifiques. Si on demande à des enfants de reproduire de mémoire des figures complexes qu'on ne leur a laissé que quelques minutes sous les yeux, en leur disant que c'est une épreuve de dessin, les filles réussissent aussi bien voire mieux que les garçons. Si on leur dit que c'est pour une épreuve de géométrie, là les filles se mettent tellement la pression et gèrent mal le stress qu'elles ont de moins bons résultats alors qu'elles ont les compétences intellectuelles pour y arriver (cette étude a été réalisée partout dans le monde, dans tous les milieux sociaux, sur des milliers d'enfants). A force de se faire répéter que les filles sont moins bonnes dans les matières scientifiques que les garçons (stéréotype à la con), tout le monde finit par y croire. On voit également dans l'émission grâce à une IRM que le conditionnement est tellement fort qu'il atteint la matière (le cerveau). Fascinant n'est-ce pas?

Cette (grosse) parenthèse pour expliquer que le conditionnement peut être plus fort que vous.

Revenons-en à #mylife xD.

Depuis toute petite, ma mère me répète que pleurer c'est pour les faibles, que quand on est fort, on ne pleure pas (évidemment, elle a survécu à la guerre au Cambodge alors pleurer pour un bobo, c'est ridicule à ses yeux). J'ai beau être convaincue maintenant que c'est faux, ce n'est pas un signe de faiblesse que de pleurer, je ne peux pas m'empêcher d'être contrariée quand mon grand de bientôt 7 ans pleure "pour rien". Parce qu'il est hyper émotif (comme sa mère haha), il pleure souvent "pour rien". Pourquoi ça me contrarie alors que je devrais justement mieux que quiconque comprendre son hyper-émotivité? Pourquoi je n'arrive pas juste à le prendre dans mes bras et à lui dire que tout va bien dans ces moments-là? Pourquoi ne suis-je pas la mère chaleureuse et cool que j'ai toujours cru que je deviendrais? J'aimerais bien qu'il devienne plus "costaud" pour mieux encaisser tout ce qu'il va devoir encaisser tout au long de sa vie. Et comme la plupart des gens pensent qu'on est faible quand on pleure, j'ai peur qu'il soit catalogué "faible" alors qu'il est loin de l'être. Je ne sais pas trop comment gérer ça chez lui. Comment lui parler alors qu'en fait je réalise que, moi-même, je finis par réagir comme si les larmes étaient des signes de faiblesse?

 Jess dans le 1er épisode de New Girl

Ma mère me répétait aussi très souvent que si je voulais que les choses soient bien faites, il fallait que je les fasse moi-même. Ca, c'est super bien rentré dans mon crâne et ça n'en sort pas. Du coup je n'aime pas déléguer. C'est bête parce que, par exemple, je ne laisse personne faire la vaisselle chez moi, j'ai toujours l'impression que c'est sale si ce n'est pas fait comme moi j'aime que ce soit fait.

Je suis même à deux doigts d'être qualifiée de control freak. A part que je ne passe pas ma vie à faire des listes: je n'en fais que quand je fais mes courses ou mes valises pour ne rien oublier, sauf que quand je pars faire les courses j'oublie la liste... La control freak en carton lol (de toute façon, rien que d'écrire ma liste sur le papier, je la mémorise parce que maintenant je sais que j'ai une mémoire visuelle de fou).

Alors j'ai lu quelque part que ça cachait un sentiment de supériorité, parce que si je veux tout faire moi-même comme ça, c'est parce que j'estimerais que les autres font forcément moins bien que moi (objectivement, c'est possible que quelqu'un fasse mieux la vaisselle que moi quand même).

Mais dans la mesure où je connais la limite de mes compétences, serait-ce vraiment un sentiment de supériorité? Je ne me permettrais pas de remettre moi-même un rapport de commissaire aux comptes par exemple (je travaille dans un cabinet d'expertise comptable, je n'y suis que secrétaire) mais tout ce qui est dans mes cordes, je préfère effectivement le faire moi-même. Exemple concret: la nana de l'accueil au bureau est censée nettoyer le distributeur de café gratuit de notre entreprise 2 fois par semaine. J'ai déjà ouvert ce distributeur pour voir l'intérieur et franchement, je me demande pourquoi personne n'est encore tombé malade ici. C'est tous les jours qu'il faudrait le nettoyer! Nous sommes quand même plus de 50 dans cette boîte et au rythme où tourne ce distributeur, il mérite franchement un bon nettoyage quotidien. Sauf que la collègue qui doit le faire ne le fait pas ou alors elle se contente d'essuyer ce qui dépasse. Moi ça me dérange, alors que je n'en bois même pas, du café. C'est un distributeur qui ressemble à ça:

Et bien la tarée que je suis nettoie l'intérieur de ce distributeur de café tous les jours à la place de l'autre feignasse, sans rien dire à personne. Ca ne me prend que 15 minutes maintenant puisque j'entretiens juste le gros nettoyage que j'ai déjà fait (j'y avais passé un temps fou la première fois tant c'était crade, plein de vieux café aggloméré-séché-collé à l'intérieur du réceptacle où se mélange le café et l'eau chaude et tout autour de l'embout où sort le café reconstitué). Personne au bureau ne se doute que si le distributeur est impeccable, c'est grâce à moi. Je pourrais arrêter de le faire, puisque ce n'est pas à moi de le faire. Mais je suis comme irrésistiblement attirée vers cette saleté pour le faire bien, parce que je sais comment bien démonter ce truc et le nettoyer de fond en comble.

 

Alors bon, je pourrais passer des heures à vous parler du conditionnement mais comme je ne sais pas comment le combattre, cet article n'est pas très instructif. Et puis je me rends compte qu'il est déjà bien long et que beaucoup d'entre vous ne seront pas arrivés jusqu'à cette ligne!

 

Et vous, vous sentez-vous conditionné par vos parents? Répétez-vous certains trucs qui vous énervaient chez eux, sans vous en rendre compte?

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Elosya 03/05/2015 21:22

Ah oui, oui, je me sens sacrément conditionnée (par ma famille, par la société).
Exemple, maintenant que je suis célib, je me suis énormément interrogée sur pourquoi pendant des mois et des mois, je me sentais mise en marge.
Déjà parce que je vois 95% (sans dec vraiment) de mon entourage en plein projets mariages, bébé, installation, achat à deux, là où moi je déménage seule avec mon chat. Et j'aime pas cette sensation d'être différente, comme si j'avais besoin de rentrer dans le moule. La société est pas tendre avec les célibs, passé un certain âge ça semble suspect, on te dit d'être moins exigeante, de revoir tes attentes à la baisse. Mais moi j'ai envie de rencontrer quelqu'un avec qui je me sens bien, pas quelqu'un avec qui je vais juste me maquer pour me maquer. mais y a des gens qui comprennent pas, qui pensent que c'est être trop exigeante.
C'est assez schizophrène, parce qu'il y a des gens qui vont te dire de prendre soin de toi, de t'occuper de toi, de profiter de ton célibat pour pécho du mec. Et quand tu le fais, y aura des gens pour te demander pourquoi tu multiplies les rencontres, pourquoi tu ne te cases pas, pourquoi tu fuis l'engagement. En tant que femme conditionnée et trentenaire, j'ai mis du temps à me dire que je pouvais si j'en avais envie avoir des aventures, rencontrer des hommes, m'amuser et qu'en même temps, ça m'aide à me connaître, à savoir ce que je veux, ce que je veux pas en terme de relation. J'avais souvent une pointe de culpabilité alors que mes potes garçons entendent pas qu'ils doivent se maquer rapport qu'ils ont 30 ans passés.
Et puis le mariage, les enfants, pourquoi je voulais ça pour moi, maintenant c'est un peu plus clair pour moi, mais avant je voulais me marier et avoir des enfants parce que...parce que, je ne m'interrogeais même pas pour savoir si j'en avais vraiment envie.
Du côté de ma famille, ma mère c'est comme la tienne, pleurer c'est pour les faibles, il faut t'endurcir. Malheureusement ça a eu l'effet inverse, j'ai bloqué mes émotions, je les bloque encore d'ailleurs, j'ai des problèmes de confiance, j'ai du mal à accepter que je ne suis pas toujours une femme forte, mais que je peux aussi être vulnérable et fragile et que c'est pas grave, c'est normal. J'ai le droit de ne pas toujours être une warrior
Pour la machine à café, je te comprends, je ferais pareil, mais c'est le genre de choses où j'ai décidé de laisser les choses se faire. Elle nettoie pas la machine, tant pis, mais le jour où elle trouvera un truc dans son gobelet, ça la fera réagir ou non. Mais c'est sa responsabilité, c'est pas à toi de prendre ça en charge ;-), peut-être que tu peux laisser ça de côté progressivement genre tu arrêtes de nettoyer la machine petit à petit, tu seras peut-être troublée au début, mais je pense qu'à terme ça te permettrait de te libérer de la sensation de devoir prendre ça en charge et de revenir sur toi.

PandaVG 04/05/2015 17:26

Félicitations, tu es arrivée jusqu'au bout de l'article lol
Je me dis la même chose que toi pendant que dans mon entourage, tout le monde fait des projets de mariage, d'achat de maison ou d'installation à 2: pourquoi faisons-nous tous ça?
Mais pour moi, tu as bien raison, continue d'être exigeante! Et puis quoi encore? Prendre le premier qui vient et rester avec toute ta vie juste histoire de ne pas cocher la case célibataire dans un formulaire? C'est vrai qu'on ne met pas autant de pression aux hommes.

Pour la machine à café c'est terminé, je n'y touche plus du tout!
Ca a été dur les premiers jours, chaque fois que je passais devant j'avais envie de la décrasser puis j'ai tenu bon! Je me délivre peu à peu de plein de choses qui me pourrissaient la vie, je suis contente!

Caro Bleue Violette 21/03/2015 16:25

La société essaie effectivement de nous conditionner selon notre genre (et pas que) et c'est affolant de voir à quel point ça peut marcher. En ce qui me concerne, j'ai toujours été nulle en matières scientifiques mais je n'ai jamais pensé que c'était dû à mon sexe, juste que je n'avais pas d'affinités avec les sciences et que ça me barbait fortement.

J'ai horreur de déléguer aussi, parce que je sais que ça ne sera pas fait exactement comme je le veux et que ça va m'agacer. J'ai d'ailleurs toujours eu du mal en travailler en groupe à l'école, la plupart du temps je demandais à faire mes exposés toute seule :-) Le sentiment de supériorité me laisse perplexe parce que je souffre plutôt de l'inverse mais c'est intéressant, je n'avais jamais imaginé ça sous cet angle...

Je fais beaucoup de listes parce que ça m'aide à gérer mon anxiété généralisée, après si je ne les suis pas à la lettre près c'est pas grave du tout, mais le fait de les avoir me rassure.

Pour la machine à café, je comprends, parce que je pense que je ferais probablement pareil... et je ne bois pas de café non plus :-D

Est-ce que mes parents m'ont conditionnée ? Oui bien sûr, on est forcément conditionnés d'une certaine façon par les gens qui nous élèvent... Je ne sais pas si je reproduis certains de leurs comportements par contre, étant donné que je suis nullipare et que je compte le rester. Je verrai peut-être ça avec mon neveu. Cela dit, je sais que ma mère pense qu'elle ne m'a pas assez conditionnée, lol !

Pour l'émotivité... Je suis une hypersensible à tendance empathique, je pleure facilement et souvent. Quand j'étais enfant, on me disait que c'était pénible que je me mette à pleurer pour un rien et qu'il fallait que je m'endurcisse. Ben j'ai continué à pleurer pour un rien et pourtant je me suis endurcie... mais je pleure toujours autant :-) Effectivement, les larmes ne sont pas un signe de faiblesse, pour moi c'est un moyen d'expression.

Steph 19/03/2015 14:43

Alors ça c'est un sujet que j'aime!!!

On a enregistré l'émission mais pas encore tout visionné, ça passionne Emma, je pense qu'elle va adorer voir et débattre sur le passage que tu cites!

Petite j'ai été conditionnée à répéter les mêmes choses/à avoir le même profil, que ma sœur ainée,
puisque l'ainée avait fait/était comme ça, la seconde avec la même éducation ne serait pas différente. (on se ressemble énormément physiquement, c'est pt-être le point de départ de tout ça)
J'en ai pris conscience assez tard, et c'est un sujet impossible à aborder avec mes parents qui refusent de l'admettre.

Je prends juste l'exemple du scolaire, depuis l'école primaire mes parents m'ont dit de ne pas faire d'effort dans certaines matières "puisque dans la famille, vous n'êtes pas douées pour....", et que plus tard je me dirigerais forcément vers telles et telles matières/études.

Aujourd'hui je me rends compte que certaines capacités et choix ont été conditionnés par tout ça, ça m'énerve, je suis pt-être passée à côté de qqchose

Alors je lutte pour que ça ne se produise pas avec mes enfants, c'est vraiment un point très très important de leur éducation,
je lutte aussi pour que les gens qui les entourent ne leur mettent pas ce genre d'idées dans la tête (pour le scolaire ou d'autres domaines d'ailleurs, le sport notamment, ou encore les préjugés sur certains métiers etc...).

J'essaie de leur dire que tout n'est pas tracé, que rien n'est impossible et que ce sont nos choix et notre volonté qui font de nous ce que nous sommes.

PandaVG 27/03/2015 10:09

Mais si elles n'ont aucune envie d'être chef?
Je suis partagée parce que dans un autre monde, je penserais comme toi, que c'est même un DEVOIR d'occuper une place à la hauteur de ses moyens intellectuels (pour virer tous ceux qui ne méritent pas d'y être) mais je n'ai aucune envie d'occuper ce genre de poste. Je veux profiter des choses simples et mettre ma famille en priorité. Quand je vois tous ces gens autour de moi qui occupent des postes importants, qui se la pètent mais qui y passent leur vie sans voir leurs proches et sans avoir le temps de dépenser le fric qu'ils amassent... Je ne les comprends pas. Certains de mes collègues sont là de 8h à 22h 6j/7 et au lieu de les remercier de passer autant de temps au bureau, nos patrons leur disent que s'ils font toutes ces heures supplémentaires, c'est qu'ils sont mal organisés. Ca donne pas envie d'être chef. Moi je suis tout en bas de l'échelle, on ne me demande rien, je fais mes heures et c'est tout.
Mais dans un autre monde, bien sûr que ce devrait être logique d'avoir un métier à la hauteur de ses capacités.

Steph 27/03/2015 09:01

Ma sœur a eu le même parcours que moi (mais ds d'autres domaines) = études selon les désirs de nos parents, changement radical de voie pour travailler, puis reprise d'études et de concours pour un métier + administratif

Je ne sais pas comment on se sort du conditionnement, je ne reproduis pas du tout celui de mes parents,
mais j'en impose un à ma façon aussi...
qd une des filles me dit "moi plus tard je ferai le même métier que toi" je réponds systématiquement "non tu peux bosser ds le même milieu, mais toi tu seras le chef!" (parce que je fais partie de ces gens qui pensent qu'il faut avoir un métier à hauteur de ses moyens intellectuels)

PandaVG 19/03/2015 15:48

C'est ça: l'impression d'être passée à côté de quelque chose! Normal!
Chez moi aussi, je devais tout faire au niveau scolaire comme mes cousines (je suis l'aînée alors pas de grande soeur): elles ont fait allemand en LV2 alors j'ai dû faire allemand aussi alors que je voulais apprendre l'espagnol, elles étaient bonnes élèves alors j'avais intérêt à être bonne élève, elles ont toutes choisi de faire des études littéraires, moi j'avais beau vouloir faire des études scientifiques, rien à faire, etc.
Elle exerce quoi comme métier ta soeur (juste par curiosité)?
J'essaye aussi de dire à mes fils qu'ils peuvent devenir ce qu'ils veulent, ils ont encore tellement de temps devant eux, leur vie est encore comme une page vierge, je les envie!
Mais je me rends compte que je reproduis, bien malgré moi, plein de choses qui m'énervaient chez ma mère. Comment se sort-on du conditionnement?
Je suis certaine qu'Emma doit être une petite fille captivante, ça doit être génial de débattre avec elle sur des sujets comme ceux-là!

 

 

 

Quelque Chose De Précis À Chercher

 

VOS ARTICLES PREFERES


          TOP POSTS!  

 

http://images.allocine.fr/r_760_x/medias/nmedia/18/70/90/80/19120443.jpg

Etre surdoué
ça implique des inconvénients             

http://www.apprendreaapprendre.com/img_dossier/qi_loi_gauss.jpg

WAIS bilan psychométrique adulte:
je me suis décidée à le passer          

http://www.nbiweston.com/wp-content/uploads/2012/06/asperger.jpg

Test en ligne:
syndrome d'Asperger et vivre dans le monde des autres        

http://corporaterewards.com/uploads/icon-present.png Idées cadeaux pour végétariens
palette lily lolo Douche, shampoing, soins, cosmétiques, produits ménagers bio, écolo ET vegan (ingrédients non testés sur animaux)

 


LES RECETTES LES PLUS CONSULTEES


RECETTES VEGETALIENNES (promis, c'est bon quand même)

 

nems au tofu (recette de ma maman) Nems au tofu de ma maman
recette protéines de soja saveurs asiatiques Protéines de soja saveurs asiatiques
chou aux protéines de soja Protéines de soja et chou
(fake poulet!)
sauce bolognaise végétalienne aux protéines de soja Sauce bolognaise aux protéines de soja
(2 recettes)
pizza vegetalienne sans fromage 1 Pizza végétalienne
soupe japonaise express (miso, algue et tofu soyeux) Fake soupe miso express
raviolis-vegetariens-vapeur-avec-pate-a-raviole-wo-copie-1 Raviolis won ton vapeur faciles
soupe potiron lentilles corail Soupe potiron lentilles corail

 


ET C'EST PAS FINI!
LES AUTRES RECETTES

SUIVEZ-MOI!


Les tableaux de PandaVG sur Pinterest

 

Blogosphère
LES BLOGS ECOLOS ET/OU VEGE
AVEC DES RECETTES (mais pas que):
 

Archives (Blog Créé En 2011)

Qui visite ce blog en ce moment? Cliquez sur "real-time view"

Un petit sondage? Merci!

 

Prenez 2 secondes pour sauver un animal

ClicAnimaux.com - Cliquer pour Donner