Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
21 avril 2015 2 21 /04 /avril /2015 16:30

Est-ce que nous aimons les choses que nous aimons parce que nous les aimons vraiment ou est-ce parce que durant notre socialisation quelqu'un a eu de l'influence sur nous?

Après le bilan psychométrique de Fiston, la psy nous a mis en garde: il est très complaisant et cherche déjà beaucoup à s'adapter à ses camarades d'école. Il pourra être tenté d'aimer les mêmes choses que les copains alors que ça ne l'intéresse pas vraiment. Nous devons veiller à ce qu'il ne se restreigne pas, qu'il continue d'avoir un éventail large de centres d'intérêt comme maintenant, qu'on l'aide à rester lui-même en quelques sortes.

La socialisation est le processus par lequel les individus participent aux relations sociales et apprennent à vivre en société (socialisation primaire pendant l'enfance, socialisation secondaire à l'adolescence et à l'âge adulte).

Les individus adoptent les normes et les valeurs du ou des groupes auxquels ils appartiennent (la famille, le groupe d'appartenance/de contact), ils apprennent le rôle qu'ils doivent jouer au sein de ces groupes. Un individu peut modifier sa socialisation (nouvelles normes, nouvelles valeurs, nouveaux rôles) par envie d'intégrer un autre groupe, le groupe de référence, celui qu'il admire et prend pour modèle. C'est la socialisation anticipatrice.

La conformité au groupe? L'imitation des modèles? Les autres comme agents socialisateurs?

N'est-il pas facile de se perdre soi-même tant nous souhaitons être accepté, obtenir une place ou une reconnaissance dans notre famille, dans notre groupe d'appartenance ou notre groupe de référence? 


Fatalement, je repense à la petite fille que j'étais à l'âge de Fiston.

Nous étions très pauvres. Réfugiés politiques cambodgiens, nous sommes arrivés au début des années 80 en France sans rien. Le salaire d'ouvrier de mon père ne nous permettait pas toujours de manger à notre faim. Néanmoins il s'arrangeait pour m'offrir régulièrement un nouveau livre, parfois une BD, parfois un roman (les romans à 10 francs à Carrefour!) et parfois grâce à son CE une encyclopédie. Il entrait dans ma chambre et posait juste le livre là où je le trouverais.

Parfois je dévorais ce livre en quelques jours, parfois je n'y touchais pas du tout, mon père ne m'obligeait pas à le lire.

Il m'a offert les Lettres de mon moulin d'Alphonse Daudet à 8 ans et je ne l'ai jamais ouvert. Il m'a offert Cyrano de Bergerac d'Edmond Rostand à 9 ans et c'est encore ma pièce préférée à l'heure actuelle. Il m'a offert un livre sur les fantômes en Ecosse quand je devais avoir 11 ans, je l'ai dévoré et je l'ai vite donné à quelqu'un pour m'en débarrasser tellement j'ai la trouille des esprits tourmentés xD.

Par contre, lorsqu'il s'agissait d'un livre que je devais lire de façon obligatoire pour l'école, personne ne pouvait me le faire lire en entier, je ne voulais pas. Je lisais un peu le début, un peu le milieu et un peu la fin avec la couverture et je m'en tirais avec une bonne note quand même mais je ne voulais pas lire un livre juste parce que j'y étais obligée.

Je me demande si j'aime lire parce que j'ai eu l'opportunité de lire beaucoup ou si c'est parce que mon père s'est rendu compte que j'aime lire qu'il m'a offert tous ces livres. Ni lui ni moi ne le savons mais je l'ai remercié de m'avoir offert tous ces livres.

 

J'ai l'impression que tout ce que je sais, je l'ai appris dans les livres. A chaque fois que je cherchais quelque chose, je commençais d'abord à regarder dans les livres (il n'y avait pas internet comme aujourd'hui).

Quand, à l'adolescence, j'ai eu envie de ne plus être une bouffonne sans ami (= l'équivalent d'une boloss d'aujourd'hui), c'est-à-dire que j'ai voulu être plus comme les autres filles, j'ai commencé à étudier des magazines féminins (comme Jeune et Jolie!) pour "me trouver une personnalité". Je me rappelle qu'à l'époque, j'étais persuadée que je n'en avais aucune alors qu'aujourd'hui je réalise plus que jamais que c'était en fait tout le contraire.

J'apprends dans ces magazines les rudiments de la mode (mais je n'ai pas les moyens de porter des fringues branchées), les noms des groupes de musique qu'il faut connaître, les films qu'il faut avoir vu, en 1998 alors que la coupe du monde se joue en France, je m'intéresse même au foot jusqu'à apprendre les règles pour pouvoir commenter un match s'il le fallait et paraitre intéressante. Pourtant si vous saviez ce que je m'en cogne du foot!

Je me pose aussi la question des passions ou des hobbies qu'on choisit. Par exemple, je n'ai jamais fait de randonnée de ma vie mais est-ce que j'aimerais la randonnée si on m'avait proposé d'en faire? J'ai une collègue qui a essayé la plongée avec son petit copain de l'époque et elle n'a plus le mec mais a gardé la plongée comme passion.

Les années ont passé, je me suis intéressée à des tas de choses qui ne m'intéressaient pas pour mieux m'intégrer à des groupes... Qui ne m'intégraient jamais vraiment. Je ne les vois même plus aujourd'hui.

Aujourd'hui, j'aimerais retrouver la vraie moi qui s'est perdue à force de vouloir se conformer à des groupes de référence bidons. Je m'affirme maintenant et je n'ai plus honte d'aimer les choses que j'aime, je n'ai plus honte d'être qui je suis mais je n'arrive pas toujours à saisir la nuance entre ce que j'aime vraiment et ce que je croyais aimer.

J'aimerais éviter à Fiston d'avoir à faire ce long travail sur lui plus tard.

 

Alors qu'en pensez-vous? J'aurais bien developpé encore plus le sujet mais j'en aurais trop à dire. Vous pensez que vous aimez les choses que vous aimez parce que vous les aimez vraiment ou peut-être parce que vous avez été influencé?

Comment sont nées vos passions? (vous pouvez vous lâcher, je vous promets que je lirai TOUT)

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

May 23/04/2015 09:49

Eh bien... Moi j'ai lu jeune et jolie et ok (podium)... mais plutôt discrètement... et genre c'était pas trop cher, je me justifiais le cas échéant, j'avais honte déjà de lire des futilités comme celles-ci... Jeune adulte, je n'osais pas lire un magazine féminin dans le train et je l'osais à peine après 2 heure d'attente dans un cabinet médical... Aujourd'hui, j'assume totalement, aussi bien le Cosmo-Biba que le Cosette ou le Marianne... Pour mes goûts, je pense que c'est pareil, je me suis intéressée aux jeux de rôles parce que c'était trop cool et que ça te plaçait pas commune, j'ai aimé Star Wars parce que ma meilleure amie aimait... et je me suis forcée à regarder des films d'horreur pour ne pas lui déplaire alors que je détestais... Plus je suis jeune et plus je fais ce que l'on attend de moi... Je le fais certainement encore mais j'ai grandi, comme on dit... et j'assume mes choix... je crois... A mon avis, on est forcément influencé d'une manière ou d'une autre, mais ce n'est pas négatif, nous sommes notre histoire...! Moi aussi, j'ai fait de la plongée pour aller dans le sens d'un petit ami, mais j'étais meilleure que lui et c'est une des raisons qui m'a amenée vers mon histoire suivante...parce que j'en ai fait ensuite sans lui (le premier)... Le tout, c'est de s'intéresser avec sincérité... et de cesser si ça devient une corvée... non ?

PandaVG 23/04/2015 12:05

Justement, on n'a pas toujours conscience que c'est une corvée, au moment où on s'y intéresse pour intégrer le groupe de référence, on est absolument convaincu que nous aussi on aime ce qu'ils aiment, on en vient à se perdre soi-même.
Au collège par exemple, j'étais en ZEP en banlieue parisienne. Il était de bon ton d'aimer le rap et de jouer à la racaille, sinon t'étais un bouffon. Moi j'écoutais Rires et Chanson et j'étais la douceur incarnée, une grosse bouffonne quoi. Je me suis mise à faire comme les autres et à écouter du rap, mais attention, il ne fallait pas se tromper et écouter les mauvaises choses, il fallait comprendre les codes. J'écoutais les morceaux, comme je comprenais l'anglais, j'avais un avantage supplémentaire sur les crétins de ma classe qui écoutaient bêtement pour faire les moutons. Aujourd'hui, il m'arrive encore d'être capable d'écouter du rap mais je ne peux pas être certaine que j'aime vraiment parce que plein de fois je trouve ça nul (c'est souvent pauvre en terme de textes ou alors ça essaye de faire croire que c'est de la philosophie). Par exemple j'aime bien certains morceaux d'Eminem mais est-ce que j'aime parce que j'aime vraiment ou est-ce que j'aime parce que ce sont des restes de l'autre moi que j'ai essayé d'être à cette époque.
Pour le foot, c'est bon, j'ai fini par intégrer l'idée qu'en fait je n'aime pas, aucun doute là-dessus lol. J'ai mémorisé les règles pour rien, tant pis.
A la fac, j'ai fait la fille hyper décomplexée qui sortait et buvait, je me faisais un devoir de montrer que je n'étais pas une fille-fille coincée, je m'entourais de garçons, ils faisaient partie d'un groupe de métal fusion (ces garçons représentent le "groupe de référence" dont on parle en psychologie sociale), ben devine, tu pouvais ensuite me voir à des concerts de métal. Aujourd'hui je CROIS que j'aime toujours les morceaux de cette époque que j'écoutais mais si j'en écoute des nouveaux de ces mêmes groupes, je PENSE pouvoir te dire que je n'aime plus, mais je ne suis pas sûre.
J'adorais lire des mangas au collège, j'adorais dessiner et ça depuis toute petite, dès que j'ai su tenir un crayon. A la fac avec un groupe de potes artistes (ils étaient sûrement mon "groupe d'appartenance") on a fait un fanzine où je publiais mes illustrations et une BD. Et j'ai arrêté tout ça. Parce qu'on m'a fait remarquer que c'était des activités de bouffons sans ami (mon crétin de petit ami de l'époque). Depuis j'ai réessayé de dessiner mais je n'ai plus le coup de crayon (j'ai une tablette graphique qui ne m'a pratiquement jamais servie). Mais j'aime toujours les mangas, je crois, parce que je n'en achète jamais mais si j'ai l'opportunité d'en lire un parce que je suis chez quelqu'un qui en a (et qui assume!) ou parce que j'en feuillète un dans une librairie, je suis super contente. Maintenant je m'en fous qu'on se fiche de moi parce que j'en lis, mais à la fac, pourtant j'étais une adulte, j'ai tout arrêté juste pour ça. Je voulais tellement être acceptée que j'ai fait n'importe quoi et que je suis devenue n'importe quoi ou n'importe qui mais en tout cas pas vraiment moi.

La psy nous disait que ce n'était pas mal de s'intéresser aux choses auxquels s'intéressent les autres, que notre fils s'intéresserait probablement à toutes les choses que ses copains feront, pour se faire accepter, pour se conformer à ses pairs, mais qu'il sera tenté de se restreindre comme eux alors qu'il a, pour l'instant, un éventail très large de centres d'intérêts et qu'il faut qu'il ne se perde pas dans ce qu'aiment les autres. Comme moi je me suis perdue.

Loojy Tochou 22/04/2015 16:55

C'est marrant parce qu'il y a 2 ans (voir même peut-être 3 plutôt) j'étais vraiment pas bien et j'écrivais à quelqu'un régulièrement pour essayer de me sortir la tête de l'eau. Je lui disais que je gardais toujours quelque chose des gens que je rencontrais et qui me marquaient, d'une bonne ou d'une mauvaise manière. Une expression, un tic, une habitude, un sentiment que je chérie au plus profond de moi, un hobby pour les meilleurs. Une cicatrice, une peur, un apriori, un nouveau trait de caractère à ma panoplie de sauvage (comprendre par là je devenais plus méfiante ou autre après une mauvaise rencontre par exemple) pour les moins bons. Mais toujours un petit truc, même si à peine visible. Alors certains diront que c'est un manque de personnalité peut-être, c'est vrai que parfois j'ai l'impression d'être un imposteur, mais c'est involontaire. C'est l'album souvenir de mon cerveau.

J'imagine que pour les passions c'est pareil. Il y a toujours quelqu'un à l'origine si on réfléchit bien. Mais il faut, à mon avis, vraiment aimer quelque chose pour ne pas s'en désintéresser totalement, ce n'est pas qu'une question "d'influence". Je ne pense pas, par exemple, que m'ont frère ait voulu m'influencer en ramenant la première console à la maison, toujours est-il que ma passion vient de là!.
Le naturel revient toujours au galop, plus ou moins vite mais il revient :)
En fait influencer à une connotation très péjorative dans ma tête, c'est pour ça que je ne suis pas totalement d'accord.
Disons que quelqu'un nous souffle souvent l'idée, de façon consciente ou pas, et notre cœur et notre tête font le reste...s'ils veulent/doivent le faire.

"L'enfer c'est les autres" a beaucoup plus de significations que ce que les gens imaginent en général, à mon avis.

Enfin je suis pas sûre de bien être dans le thème de l'article aussi :P.

PandaVG 23/04/2015 10:30

J'ai tout essayé dans les paramètres mais rien à faire. J'ai juste le droit de masquer un commentaire, d'y répondre ou de le supprimer. Pour ce qui est de l'ordre d'apparition, pas le choix. A moins que je ne bascule mon blog sous un des designs Overblog qui ont des aspects très simples (photo là, catégories là et articles là) or je ne veux pas perdre ma bannière et mon panda, ni les colonnes que j'ai faites moi-même à droite.
Je bénéficie normalement d'un service d'aide de la part de la team Overblog vu que je paye pour avoir un compte Premium (c'était surtout pour ne plus avoir de publicité sur le blog mais ça devait aussi avoir cet avantage) mais personne n'a apporté de réponse à ma demande.
Alors bon, je vais faire comme d'autres blogueurs et me casser sur Wordpress dès que mon compte Premium d'un an sera terminé. J'aurais dû faire ça dès le début. Overblog c'était bien en 2011, on bloguait gratuitement sans pub, on avait une grande liberté pour le design et tout. Maintenant il n'y a plus d'intérêt.

Oui dans Huis Clos, où on entend cette célèbre réplique "l'enfer c'est les autres", Sartre explique qu'il faut composer avec autrui parce que le moi n'est pas la seule réalité, le solipsisme n'existe pas, nous existons parce que les autres existent et ont CONSCIENCE que nous existons, tout comme ils existent parce que nous avons CONSCIENCE qu'ils existent. Sartre est un existentialiste et une autre de ses répliques célèbres "l'existence précède l'essence" signifie qu'on EST d'abord et qu'on SE DEFINIT ensuite par nos actes. C'est ce que tu dis dans ton pavé et je l'avais compris comme ça. Mais c'est vrai que la plupart des gens détournent "l'enfer c'est les autres" en un truc d'asocial.

Loojy Tochou 22/04/2015 18:14

Oui j'ai remarqué pour les commentaires, en fait ils apparaissent du plus récent au plus ancien...tu ne peux pas les ranger dans le sens contraire dans tes paramètres?
Pour l'outil d'édition, je me doute bien que tu ne peux pas, c'est assez rare sur les plateforme de blogs comme Overblog ;). C'était juste pour souligner que non non, je n'écris pas "m'ont frère" dans la vie de tous les jours mais bien "mon frère".....misère...

Je voulais dire que pour "l'enfer c'est les autres" n'est pas juste une phrase d'asocial à mes yeux, je la comprends aussi dans le sens où l'on dépend énormément des autres, qu'on le veuille ou non et à un niveau plus ou moins élevé selon les histoires de chacun. Et donc selon, ça peut être l'enfer oui!

PandaVG 22/04/2015 17:20

Non non, il me plait ton pavé! :)
Il n'y a malheureusement pas d'outil d'édition! C'est à cause d'Overblog. Par exemple les commentaires apparaissent dans un ordre complètement chelou et je ne peux rien y faire, pas même les modifier.

Oui je suis d'accord avec ce que tu dis à propos de se désintéresser totalement d'une chose que l'on n'aime pas vraiment. Ma collègue par exemple aurait pu ne plus s'intéresser du tout à la plongée une fois que son histoire s'était terminée avec le mec qui l'a initiée à ça. Mais elle continue, c'est qu'elle aime vraiment.

Je trouve au contraire que tu n'as rien d'un imposteur, tu es sincèrement une des personnes les plus vraies que je connaisse! (je dirais même que tu maintiens ma foi en l'être humain :p)

J'aime bien l'image de l'album souvenir de ton cerveau ^^

J'ai peut-être mal choisi le terme "influence", c'est vrai que quelque fois c'est plutôt une opportunité ou un coup de pouce. En tout cas l'influence n'est pas toujours négative ou péjorative à mon avis.

Tiens, l'enfer c'est les autres, c'est le point n°10 de mes 10 raisons de se réjouir d'avoir si peu d'amis (publié en juin 2011)! http://www.echosdansmatete.com/article-10-raisons-de-se-rejouir-d-avoir-si-peu-d-amis-76275072.html

Loojy Tochou 22/04/2015 16:58

Je demande un outil d'édition, j'ai aussi fait une faute immonde! Bleh

Loojy Tochou 22/04/2015 16:56

Oh mazette! Ce pavé! J'avais pourtant fait une présentation aérée! Désolée c'est indigeste!

Anej 22/04/2015 14:47

Ah, la grande question, je crois qu'on ne le sait jamais vraiment. Je me demande quant à moi si toute ma personnalité n'a pas été modelée par mon entourage, et après tout c'est bien aussi: je suis le reflet de toutes les personnes que j'ai rencontrées et aimées. Avons-nous des goûts innés, dès la naissance, de toute façon? Pas sûr. Le premier roman que j'ai lu avait été choisi par hasard par ma mère à la bibliothèque, pour moi. Un "grand galop". Après avoir lu toute la série, j'ai lu une autre série sur une fille de vétérinaires qui s'appelait Cathy... Je suis vite devenue passionnée d'animaux. Puis végétarienne. Puis écolo. Puis féministe. C'est un développement assez logique de ma personnalité, qui pourrait très bien ne venir que de ce "grand galop" qu'avait emprunté ma mère. Alors, une autre question est: aurais-je pu ne pas aimer ce roman. Difficile quand même, ils sont sympa ces romans, palpitants... Je ne sais pas.
Mes goût musicaux viennent clairement aussi de mes parents (chansons à texte beaucoup). En matière de cinéma, une première rencontre aussi a initié ma culture et mes goûts cinématographiques: une rencontre un peu au hasard, qui m'a plu parce qu'à ce moment-là de ma vie je comprenais ce que ressentait l'héroïne... Puis j'ai instinctivement cherché d'autres films aux même caractéristiques, etc.
Bref: as-t-on des goût "de base", dès la naissance? Telle est la vraie question

PandaVG 29/04/2015 17:35

Merci pour ta réponse :D

Je n'ai vu que les 2 premiers films de Sofia Coppola en tant que réalisatrice, Virgin Suicides et Lost in Translation, je n'ai pas accroché même si je les ai regardés jusqu'au bout.
Je n'ai aimé que la bande sonore du premier (je suis fan de la voix de Thomas Mars, j'ai écouté Playground Love un milliard de fois) et je me suis sentie très opressée par le 2ème (peut-être parce que je suis asiatique, j'adore la culture japonaise et je trouve que les asiatiques dans le film sont tournés en ridicule).
J'avais la vingtaine quand je les ai vus à leur sortie.
Je n'ai pas eu l'envie de voir d'autres films de la réalisatrice depuis, même s'il parait que Marie-Antoinette est très beau à voir.
Enfin si, j'ai regardé le début de Somewhere et je me suis dit que décidément, non, Sofia Coppola, ce n'était pas pour moi.
Je n'ai pas vu The Bling Ring bien que j'adore Emma Watson. J'ai adoré le film Le monde de Charlie (The perks of being a wallflower, est-ce que tu l'as vu?), où elle tient un rôle magnifique, qui a aussi pour thème l'adolescence, thème de prédilection de Sofia Coppola, je ne m'explique pas vraiment pourquoi je n'accroche pas avec ses films.
Enfin si, dans son tout premier, c'est le fait que les filles choisissent le suicide plutôt que de s'accrocher à l'espoir qui m'a agacée, parce que je me suis identifiée aux filles du film, étant donné que mes parents étaient aussi stricts (voire l'étaient même plus) que les parents du film. J'ai tenu bon, pas elles. Je trouvais que le message n'était pas génial pour toutes les filles qui subissent cet isolement à cause de leurs parents.
Je suis pourtant bon public, j'aime pratiquement tout en cinéma :p
Je vais quand même regarder Marie Antoinette, on ne sait jamais, peut-être qu'il me plaira par son côté décalé, avec ses anachronismes, puis j'adore les films en costumes.

En tout cas, c'est très sympa de pouvoir parler de cinéma avec quelqu'un, que c'est agréable!

Anej 29/04/2015 12:56

Marie-Antoinette haha, le film de Sofia Coppola. Elle pleure quand elle lit la lettre de sa mère qui s'inquiète du fait qu'elle n'a pas d'enfant et se réjouit des enfants de son frère, et moi je pleurais aussi. Pourtant j'étais ado hein, rien à foutre d'être enceinte à cette époque... Je ne sais pas, c'est le côté dépensier mais malheureux de sa personnalité qui m'a plu. Je dépensais peu mais j'avais envie, et pourtant j'étais pas heureuse. Bref... Depuis j'aime les films beaux, pas forcément clinquants comme celui-ci mais à l'esthétique travaillée, et à l'ambiance recherchée aussi. La langueur, j'aime la langueur dans les films, j'aime prendre le temps d'apprécier l'image et de me remplir de l'ambiance.

PandaVG 22/04/2015 15:53

Je me dis la même chose pour la personnalité! J'ai l'impression que si je suis (un peu ^^) névrosée, c'est en grande partie à cause de mes parents et des personnes que j'ai rencontrées tout au long de ma vie, parce que j'ai l'impression que j'étais une petite fille de 5 ou 6 ans assez sûre de moi.
Finalement la vie n'est qu'une succession de rencontres et de faits. On évolue.

Ta question est très pertinente! A-t-on des goûts de base dès la naissance? Et là non plus je n'ai pas la réponse :D

Tu as attisé ma curiosité au sujet du cinéma: de quelle héroïne dis-tu qu'à ce moment-là de ta vie tu comprenais ce qu'elle ressentait?

 

 

 

Quelque Chose De Précis À Chercher

 

VOS ARTICLES PREFERES


          TOP POSTS!  

 

http://images.allocine.fr/r_760_x/medias/nmedia/18/70/90/80/19120443.jpg

Etre surdoué
ça implique des inconvénients             

http://www.apprendreaapprendre.com/img_dossier/qi_loi_gauss.jpg

WAIS bilan psychométrique adulte:
je me suis décidée à le passer          

http://www.nbiweston.com/wp-content/uploads/2012/06/asperger.jpg

Test en ligne:
syndrome d'Asperger et vivre dans le monde des autres        

http://corporaterewards.com/uploads/icon-present.png Idées cadeaux pour végétariens
palette lily lolo Douche, shampoing, soins, cosmétiques, produits ménagers bio, écolo ET vegan (ingrédients non testés sur animaux)

 


LES RECETTES LES PLUS CONSULTEES


RECETTES VEGETALIENNES (promis, c'est bon quand même)

 

nems au tofu (recette de ma maman) Nems au tofu de ma maman
recette protéines de soja saveurs asiatiques Protéines de soja saveurs asiatiques
chou aux protéines de soja Protéines de soja et chou
(fake poulet!)
sauce bolognaise végétalienne aux protéines de soja Sauce bolognaise aux protéines de soja
(2 recettes)
pizza vegetalienne sans fromage 1 Pizza végétalienne
soupe japonaise express (miso, algue et tofu soyeux) Fake soupe miso express
raviolis-vegetariens-vapeur-avec-pate-a-raviole-wo-copie-1 Raviolis won ton vapeur faciles
soupe potiron lentilles corail Soupe potiron lentilles corail

 


ET C'EST PAS FINI!
LES AUTRES RECETTES

SUIVEZ-MOI!


Les tableaux de PandaVG sur Pinterest

 

Blogosphère
LES BLOGS ECOLOS ET/OU VEGE
AVEC DES RECETTES (mais pas que):
 

Archives (Blog Créé En 2011)

Qui visite ce blog en ce moment? Cliquez sur "real-time view"

Un petit sondage? Merci!

 

Prenez 2 secondes pour sauver un animal

ClicAnimaux.com - Cliquer pour Donner