Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
1 septembre 2011 4 01 /09 /septembre /2011 12:05

 

 

Edward Hopper - Nighthawks

 

Critères diagnostiques de la phobie sociale

(Manuel diagnostique et statistique des troubles mentaux [DSM-IV - American Psychiatric association] Traduction française, Paris, Masson, 1996, 1056p)

 

- une peur persistante et intense d'une ou plusieurs situations sociales ou bien de situations de performance durant lesquelles le sujet est en contact avec des gens non familiers ou bien peut être exposé à l'éventuelle observation attentive d'autrui. Le sujet craint d'agir (ou de montrer des symptômes anxieux) de façon embarrassante ou humiliante

- l'exposition à la situation sociale redoutée provoque de façon quasi systématique une anxiété qui peut prendre la forme d'une attaque de panique liée à la situation ou bien facilitée par la situation

- le sujet reconnaît le caractère excessif ou irraisonné de la peur

- les situations sociales ou de performance sont évitées ou vécues avec une anxiété et une détresse intenses

- l'évitement, l'anticipation anxieuse ou la souffrance dans la (les) situations(s) sociale(s) ou de performance redoutée(s) perturbent, de façon importante, les habitudes de l'individu, ses activités professionnelles (ou scolaires), ou bien ses activités sociales ou ses relations avec autrui, ou bien le fait d'avoir cette phobie s'accompagne d'un sentiment de souffrance important

- pour les individus de moins de 18 ans, on ne porte le diagnostic que si la durée est d'au moins 6 mois

- la peur ou le comportement d'évitement n'est pas lié aux effets physiologiques directs d'une substance ni à une affection médicale et ne sont pas mieux expliqués par un autre trouble mental (par exemple le trouble panique avec ou sans agoraphobie)

- si une affection médicale générale ou un autre trouble mental est présent, la peur décrite dans le premier point est indépendante de ces troubles; par exemple, le sujet ne redoute pas de bégayer, etc... Les caractéristiques habituelles associées à la phobie sociale comprennent une hypersensibilité à la critique, à une évaluation négative ou au rejet, une faible estime de soi ou des sentiments d'infériorité. Les sujets ayant une phobie sociale craignent souvent une évaluation indirecte par les autres telle que de passer un examen.

 

Ca peut aussi bien se confondre avec le trouble de la personnalité évitante:

- un sentiment envahissant et persistant de tension et d'appréhension,

- une perception de soi comme socialement incompétent, sans attrait, inférieur,

- une préoccupation excessive par la crainte d'être critiqué, rejeté,

- un refus de nouer des relations à moins d'être certain d'être accepté sans critique,

- une restriction du style de vie résultant du besoin de sécurité,

- un évitement des activités sociales ou professionnelles impliquant des contacts avec autrui de peur d'être critiqué, rejeté

 

Je me reconnais tout à fait dans tout ça! Pas vous?

 

Peur du regard, qui devient jugement, peur de soi, peur de l'image de soi.

 

Je dis souvent à mon Chéri, avant ou après que j'ai eu à voir du monde, que ce que je dis n'est pas intéressant. Moi ça m'intéresse mais visiblement ça n'intéresse pas les autres. Je me sens bête, je me sens nulle, je me sens toujours inférieure aux autres. J'ai souvent l'impression que personne ne m'aime et que personne ne veut de moi (dans une soirée ou même dans la rue, exposée aux inconnus). Genre si untel et untel acceptent de me voir, ce n'est pas pour moi, c'est parce que je suis la femme de mon Chéri, vu que lui, tout le monde l'aime.

Oui je sais, c'est con, je suis sûrement parano. Evidemment, ça ne peut pas être vrai. Mais je le ressens quand même comme ça, malgré tout. Sûrement les traumatismes du passé.

 

Anxiété de performance

Anxiété relationnelle

 

Perfectionnisme et besoin de reconnaissance, c'est ce qui est ressorti de l'entretien que j'ai eu avec la psy lors de ma passation de bilan psychométrique. Elle a dit que c'était tout à fait commun chez les surdoués (ou surefficients mentaux ou personnes à potentiel différent ou appelez-les comme vous le préférez).

 

Je refuse de rencontrer de nouvelles personnes, surtout en groupe, parce que je me sens trop mal. J'angoisse.

Bien sûr, j'essaye, je me force, mais bon sang, quel supplice, quel effort surhumain à chaque fois.

Je ne me sens bien qu'avec des gens que je connais déjà très bien et dont je ne redoute pas/plus le jugement. Je n'aime pas ces situations inconfortables.

Evidemment, c'est égocentrique. Si je me focalisais davantage sur les autres que sur moi-même et ce qu'on va penser de moi, je n'aurais pas ce souci. 

 

Ces derniers temps, je me pose la question suivante: j'ai toujours eu l'impression de souffrir d'inadaptation sociale. Je croyais vouloir y remédier. Alors j'essaye de m'intégrer au monde, je me force à ne plus être solitaire.

Puis régulièrement, je me rends compte que lorsque je suis réellement moi-même, lorsque j'émets spontanément mes opinions, lorsque je présente ma personnalité sans me protéger, ça ne colle plus, je me sens rejetée.

Alors, dois-je me "couper un bras" pour plaire et être appréciée?

Dois-je renoncer à ma spontanéité? Dois-je rester au contraire dans des relations superficielles où tout n'existe qu'en surface?

Et si je restais une solitaire, ce ne serait pas si mal que ça puisque vivre avec les autres semble bien plus douloureux?

 

Mais la probabilité que mon fils de 3 ans reproduise ce schéma et soit malheureux à son tour serait grande (modèle familial). Et ça, je ne le veux pas.

 

Alors je suis condamnée. Il faut que je trouve une solution.

Je pense que je vais essayer celle proposée par la psy, la TCC (thérapie cognitivo-comportementale). J'aurais aimé que ce soit avec elle mais elle ne fait que les passations de bilan, elle m'a donné les coordonnées d'une consoeur.

Est-ce que ça va changer quelque chose?

 

Si tout ça vous parle, je vous laisse développer le sujet.

Si ça ne vous parle pas, tant mieux, vous avez probablement une intelligence interpersonnelle très développée.

 

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

cy 14/11/2014 20:30


Consolez-vous mademoiselle. Je suis con comme un balai et consciente de l'être; ce qui m'a longtemps laissée athée, parce que je ne pouvais croire en un Dieu assez pervers pour créer , même un
seul, un être con et frustré de l'être. Contrairement à vous, je n'ai aucun appui pour trouver une raison de justifier mon existence.


Alors reste Coluche : je fais toujours pipi au lit mais maintenant je suis fier. C'est une décision à prendre, l'alienation par la douleur ou par l'inconscience.


 


 

PandaVG 18/11/2014 11:15



Personne n'a aucune raison de justifier son existence (pourquoi existons-nous?). Nous sommes, point (personnellement je ne crois pas en dieu).


Mais maintenant qu'on est là, autant être quelqu'un de bien, c'est ce que je me dis.


Merci pour votre passage sur le blog.



Lilou 11/04/2012 23:29


Très intéressant cet article, ainsi que la discussion dans les commentaires.


Je ne souffre pas de phobie sociale car je ne ressens pas l'angoisse décrite et que ça ne me handicape pas au quotidien ; mais je me sens proche de ce qui est décrit ensuite : anxiété de
performance, peur d'être rejetée, ne pas nouer de relation avant d'être certaine d'être acceptée telle quelle sans jugement, rester toujours en retrait des conversations, préférer la solitude,
avoir peu d'amis.


Depuis toujours j'ai quelques relations amicales très fortes, mais aucune relation superficielle, je ne peux pas faire à moitié. Le fait que je n'engage pas facilement la conversation m'a
toujours fait passer pour hautaine et narcissique... Tant pis !


Je pense que ce côté de ma personnalité est dû au fait qu'en dehors de l'école je n'avais pas d'occasion de me socialiser : ni club de sport, ni autorisation de sorties avec des copines... Je
n'ai pas pu prendre confiance en moi en société puisque je n'étais jamais en société, et je me sentais "handicapée" par rapport aux autres qui avaient cette vie-là et qui savait nouer rapidement
des relations.


Ca m'a surtout pesé à la sortie de l'adolescence, quand j'ai commencé à avoir une vie en dehors du cadre scolaire, je ne savais pas nouer de nouvelles relations, j'étais seule.


En commençant à travailler, j'ai pris confiance en moi et je n'ai plus du tout peur du regard des autres, tant qu'il ne s'agit pas de devenir proches. Tout ce qui est prise de parole en public,
pas de soucis si on me le demande. Par contre, je n'irai pas spontanément donner mon opinion, non que j'ai peur de la réaction des autres, mais je sais à l'avance qu'elle sera négative, mes idées
ne vont pas dans le bon sens...


Aujourd'hui j'ai toujours mes amies d'enfance avec qui je suis très proches mais comme je suis expatriée je ne les vois qu'une ou deux par an. Toutes mes relations amicales et conversations
intéressantes où je suis vraiment moi-même et où j'ose donner mon opinion se font par internet. Dans la "vraie vie" de tous les jours, je n'ai pas d'amis. Je le vis très bien. A un moment, j'ai
voulu mettre ça sur le dos de la différence de culture avec les gens que je côtoie mais c'est complètement faux car je côtoie aussi des français et j'en suis encore moins proches. Et puis, j'ai
compris que c'était juste comme ça que j'étais et que c'était pas une tare.

PandaVG 12/04/2012 12:24



J'ai mis le temps mais moi aussi j'ai fini par accepter que ce n'était pas une tare.


Merci pour le partage de ton expérience. Je note des similitudes entre ton enfance et la mienne: moi non plus je n'ai pas trop eu l'occasion de me sociabiliser en dehors de l'école, je n'avais
pas d'activités extra-scolaires (en dehors de la bibliothèque où j'avais le droit de me rendre) et je ne pouvais ni inviter des copines ni accepter des invitations. Savoir nouer des relations, ça
se travaille et nous, nous n'avons pas été entraînées lol.


L'important c'est que nous le vivons bien maintenant, que ça ne nous pèse plus.


Au plaisir de te lire à nouveau!



Mamanlullaby 02/09/2011 19:38



wah, c'est tout moi, c'est presque flippant !


Ben, perso, j'essaie de voir ce qui me coûte le plus : faire semblant, ou ne pas faire du tout... Ben je me dis de plus en plus que ne pas être moi ne me rend pas service, et qu'il vaudrait mieux
commencer par m'accepter si je veux que les autres m'acceptent, et éventuellement soigner cet peur des autres... Enfin, ça c'est pour la théorie, en pratique c'est un peu moins évident lol


Merci d'avoir abordé ce sujet ici !



PandaVG 02/09/2011 21:00


Oui tu as raison, il faut s'accepter si on veut que les autres nous acceptent et il faut qu'on s'aime pour que les autres puissent nous aimer.


Elosyia 02/09/2011 19:11



"En fait, je dois trouver des gens à qui ma personnalité plait telle qu'elle est, sans la trafiquer, mais j'ai peur que ces personnes soient peu nombreuses ." Je like la première partie de ta phrase et pour la seconde partie, meuh non elles sont pas peu nombreuses, il y en a
sûrement plein. Ca va t'en n'as pas marre que je te réponde tout le temps avec optimisme lol ? c'est mon côté Mama.



PandaVG 02/09/2011 20:50


J'adore ton optimisme, sincèrement, il me fait du bien :)


Elosyia 02/09/2011 15:09



Moi je suis sure que tu gagnerais à être toi même en société. Ok tu n'as pas toujours le bon mot, ok il y a des gens que tu peux souler mais il y en a d'autres que tu intéresserais beaucoup.
Parce que les défauts que tu vois chez toi, peuvent représenter une qualité pour quelqu'un d'autre. Perso, je peux dire que je suis une fille spontanée. On m'a déjà dit que c'était une qualité.
Et dans le même temps, cela s'est révélé très négatif pour moi. On m'a à plusieurs reprises qualifié de fille superficielle, n'ayant pas de cervelle, bonne qu'à rire bêtement et qui n'était que
ça. La fille pas futée du tout. Et pourtant c'est un trait de personnalité qui plaît à d'autres personnes donc bon. Enfin tout ça pour te dire que la force est avec toi .



PandaVG 02/09/2011 15:56



On m'a déjà dit que j'étais superficielle, que j'étais jolie sans cervelle ni conversation, qu'à part connaître des chansons par coeur je n'étais pas bien intelligente. Sur le coup ça fait mal
même si maintenant ça me fait rire . D'autant plus que si je ferme ma bouche, c'est pas parce que je manque de
conversation.


En fait, je dois trouver des gens à qui ma personnalité plait telle qu'elle est, sans la trafiquer, mais j'ai peur que ces personnes soient peu nombreuses . Ou alors, il faut que j'arrête de prêter attention à ce qu'on pourrait penser de moi et aborder quand même les sujets de
conversation qui vont saoûler tout le monde, ce que je me risque à faire quand même parfois et là, on me traite d'autiste égocentrique parce que je ne parle que quand ça m'intéresse vraiment.


Il parait que je devrais m'ouvrir aux sujets de conversation des autres, j'essaye j'essaye mais je ne suis pas très naturelle. Comment on fait? Je ne peux pas blâmer les autres de ne pas
s'intéresser à ce que je dis alors que ce qu'ils disent ne fait pas naître un enthousiasme sans borne chez moi.



Izunia 02/09/2011 08:52


Coucou! Je suis tout comme toi. La différence qu'il y a entre nous c'est que je suis une thérapie. Il y a eu un moment dans mon travail où l'angoisse d'être avec les autres était trop forte et
donc j'ai arrêté de les côtoyer. Depuis que j'ai fait la tentative de suicide, j'ai pu livrer a certaines personnes qui n'étaient pas celles qui m'étaient le plus proches. Alors j'ai compris
qu'il me   fallait changer d'amis. Mes amis d'enfance, j'ai toujours été là pour eux mais pas l'inverse, puisque je n'ai jamais demandé d'aide ou de soutien. Je pense que la surdouance
est une particularité qui est très difficile a accepter pour l'entourage. Au travail je suis proche que de quelques personnes qui sont elles-mêmes très extraverties. Maintenant je ne me pose
plus trop de question car j'accepte de me sentir différente. Je pense qu'une TCC Pourrait te faire du bien. Si ton fils est comme toi, il souffrira également, soit d'etre solitaire, soit
d'etre différent. Accepte toi et tu   l'accepteras lui et ce sera déjà génial pour vous deux. Désolée pour le roman :-)


PandaVG 02/09/2011 09:58



Non, ne t'excuse pas pour le roman, j'apprécie beaucoup que tu te livres autant ici.


Je vais avancer, je viens de prendre conscience de toutes ces choses et je suis dans la phase montante, ça ne peut qu'aller mieux, je suis dans le positivisme



steph 02/09/2011 07:41



ah oui j'ai oublié, la TCC ça consiste en quoi concrètement?


la psy nous a conseillé de faire faire du théâtre à Emma, quand elle aura 8/10 ans seulement,


le fait de devoir jouer un role serait rassurant, pas de crainte de jugement,


et puis c'est une façon structurée, organisée, sans hasard, d'établir un contact avec l'autre...



PandaVG 02/09/2011 09:56



Comme je suis contente que tu aimes Hopper!!!


Quand je suis au boulot, je dois souvent parler au téléphone avec des inconnus. Ou accueillir des clients à l'accueil quand la standardiste n'est pas là.


Bizarrement, même si j'appréhende toujours avant ma prise de parole ou au moment de décrocher le combiné (que ce soit moi qui appelle ou que je reçoive un appel), je m'en sors super bien, je
ne bégaye pas, j'ai beaucoup d'assurance (en surface), je suis super fière de moi, surtout quand j'arrive à calmer un client qui appelait fâché. Mes expériences pro passées m'aident sûrement.


Mais bon, à ce moment-là, je ne livre pas mon vrai moi, je n'ai pas à parler de sujets autres que le sujet pour lequel le client appelle ou pour lequel je l'appelle, je n'ai pas l'opportunité de
lui montrer qui je suis, je n'ai pas peur d'être jugée. Donc ça se passe bien, si on met de côté le "trac" ou le stress avant ma prise de parole. Je crois que mes expériences professionnelles
passées m'ont beaucoup aidée.


La TCC te permet en fait, en résumé, de "reprogrammer" ta cognition (ton processus de pensée) et tes comportements. C'est très efficace sur les phobies et ce sont des thérapies relativement
courtes (pas plus d'un an max). Pas d'analyse de ton passé ou je ne sais quoi, que du concret: dans telle situation je pense ça et je me conduis comme ça et il faut maintenant que je pense autre
chose et que je me conduise autrement.


Le théâtre pourtant apporte du jugement, sur la performance, mais ça peut se travailler effectivement. Moi c'est le karaoké qui m'a aidée lol. J'espère que ta grande arrivera à dépasser l'anxiété
relationnelle. Elle est encore petite, il n'est pas trop tard. Et puis même si elle était plus vieille, il n'est jamais trop tard.



steph 02/09/2011 07:38



j'aime beaucoup cet article,


déjà j'adore Hopper, et particulièrement ce tableau alors ça commencait bien! lol


 


ben....je ne vais que répéter ce qui a été dit + haut,


j'ai été taxée de "timide" ou "reservée" toute ma scolarité, et je pense par les amis que j'ai eus aussi,


en groupe je ne me sens pas à ma place, je ne sais jamais comment participer à une conversation, j'ai l'impression de ne pas savoir quoi dire aux autres, alors je préfère regarder...


et quand je me force j'ai l'impression que ce n'est pas naturel et que ça se voit comme le nez au milieu de la figure


j'aime bien cette solitude, mais des fois j'aimerais bien soit être comme les autres et parler facilement, soit trouver des gens comme moi, ça arrive mais + les années passent et + ce
côté de ma personnalité prend de la place


 


une exception : le boulot,


là-bas je suis une autre, comme si je jouais un role, et j'adore ça "faire comme si j'étais super sociable", pour moi ce n'est pas la vraie vie, mais ça ne peut pas durer 24h/24,


ça faisait bcp rire mon boss, ce petit dedoublement de personnalité, car lui connaissait bien mon côté réservé


 


je comprends ta peur pour ton fils...


ma grande aime le contact avec les autres mais n'a pas le mode d'emploi, et elle en souffre souvent, et comme moi elle commence à aimer la solitude,


sa soeur par contre a ce don inné pour lier connaissance, pour être à l'aise partout, avec tout le monde, on dirait d'ailleurs qu'elle attire les autres,


c'est d'ailleurs un pur bonheur de la voir réussir qqchose que je n'ai jamais su faire (mais c'est très douloureux pour la grande...)



lilydine 02/09/2011 00:27



Je suis quelqu'un qui n'a pas ce genre de "problèmes" mais je comprends car il fut un temps où ma fille, a traversé une période similaire. Je l'ai aidé du mieux que j'ai pu, pas facile mais au
bout du compte maintenant elle a surmonté tout ça et commence à ce faire des amis et à aller de l'avant, elle engage maintenant la conversation et peut se débrouiller toute seule, mais ça a été
un enfer tant pour elle que pour moi, car toujours la pousser ça devenait fatigant, elle m'a détesté pour ça, mais en tant que maman je ne pouvais pas la laisser aussi malheureuse...en tout cas,
sache que je sais que ce n'est pas facile du tout !


Bonne nuit 



PandaVG 02/09/2011 09:32



Le pire c'est que je sais engager une conversation, s'il faut que je demande mon chemin à un inconnu, je le fais, enfin en cas de nécessité, je suis tout à fait capable de dépasser mon angoisse.
Ce que je voudrais, c'est ne plus angoisser.



Elosyia 01/09/2011 19:58



Quand je te demande si tu t'occupes de toi, c'est une autre manière pour moi de te conseiller de prendre soin de ta personne. Dans mon premier com, je sais pas si j'ai été très claire d'où cette
précision.



PandaVG 02/09/2011 09:30



J'ai l'impression de prendre soin de moi oui.


Tu sais, vous qui lisez mon blog, vous êtes venus parce que vous avez tapé des mots-clés dans les moteurs de recherche, ou alors parce que vous avez cliqué sur un des commentaires que j'ai laissé
dans la blogosphère, vous vous intéressez et c'est pour ça que vous êtes là. Vous pouvez vous déconnecter quand vous voulez.


Les gens dans la vraie vie n'ont pas cliqué sur moi et je suis certaine que s'ils pouvaient se déconnecter de ma présence, ils le feraient .


Hier soir avec mon Chéri, on a regardé le film All About Steve, avec Sandra Bullock et Bradley Cooper. Sandra Bullock a le rôle d'une brillante cruciverbiste (que je pense surdouée) que les gens
trouvent chiante et bizarre: quand elle voit un truc elle ne peut pas s'empêcher de dire aux gens "saviez-vous que", elle analyse et elle leur raconte des trucs dont ils n'ont rien à
faire. Et mon mari m'a dit "Elle me rappelle toi".


Ouais. Sympa. Tout le monde est saoûlée par cette nana dans le film, je vois le genre alors si c'est comme ça que les gens me perçoivent, je comprends que je me sente si seule . Pourtant, je fais l'effort de fermer ma bouche quand je me rends compte que j'ennuie mon interlocuteur.


Enfin tout ça pour dire que sur mon clavier, j'ai le temps de choisir mes mots, je n'ai pas la spontanéité que j'ai dans la vraie vie. Dans la vraie vie, les mots sortent sans filtre, vont aller
ennuyer des interlocuteurs qui n'ont pas choisi de cliquer sur moi.


J'ai l'impression de ne pas avoir le mode d'emploi "comment avoir de bonnes relations avec autrui" lol.



Elosyia 01/09/2011 19:55



Un peu mon neveu que ça me parle. Je me reconnais dans cet article. Et pourtant, cela ne m'empêche pas d'avoir des amies, d'être sociable mais à l'arrivée, il y a cette peur toujours présente. Tu
évoques le fait que lorsque tu es plus naturelle, tu te sens rejetée et tu penses ne pas être appréciée. J'ai pourtant l'impression que sur ce blog, tu te livres beaucoup avec honnêteté. Et pour
ma part (je ne suis pas la seule) cela ne me dérange pas du tout bien au contraire, je t'apprécie beaucoup même si c'est une amitié virtuelle. Personnellement, j'ai appris beaucoup sur moi-même
ces derniers mois (cf mon très long mail que je t'ai envoyée) et j'en ai conclus que mon comportement pouvait conditionner les autres en face de moi. Que cela soit en positif ou en négatif et
j'ai appris aussi à ne plus rejeter cette peur mais à essayer de l'apprivoiser. Car si elle est là c'est pour me dire aussi quelque chose sur mon ressenti et j'ai été trop longtemps sourde à ce
même ressenti. Enfin tout ça pour dire que je me lance depuis quelques temps dans la reconquête de mon estime perso. C'est un travail de longue haleine, fatiguant et qui se fait au quotidien sur
les plus petites choses. Et ça marche. J'ai toujours des pensées ou des croyances négatives mais maintenant au lieu de ruminer des heures sur le problème, je pense tout de suite après à trouver
une solution. Ces petits trucs de tous les jours, cela représente un petit pas pour les autres mais un grand pas pour ma dignité . Bref, je voulais juste te dire qu'il y a maintenant pleins de techniques comme les thérapies cognitives (que tu cites déjà) et la PNL (c'est une technique dont me parle mon chéri).
Ca aide énormément. Je te conseille de lire beaucoup sur des personnes positives qui ont avancé dans leur projet de vie. Tu te juges égocentrique mais est ce que tu t'accordes du temps pour
t'occuper de toi ? Et puis non Panda, tu n'es pas condamnée à rester dans cette position. Rien que le fait que tu en parles et que tu souhaites aller de l'avant montre que tu commences déjà à
croire un tout petit peu plus en toi. Le reste fera son chemin tu verras.



tmor 01/09/2011 18:53



Tout d'abord merci pour cet article. La théorie, la peinture de Hooper, votre avis, les commentaires... Le dernier roman de Jonathan Coe tourne un peu autour de cette thématique. Ça fait
réfléchir. C'est si dur d'aller vers l'autre et parfois si simple ! Et puis surtout la question peut se poser (ou ne pas se poser) à tellement d'occasions... À cogiter. Bien à vous !



PandaVG 01/09/2011 19:05



Merci beaucoup pour la suggestion de lecture de La Vie très privée de Mr Sim, je n'avais justement plus rien à lire et je n'ai jamais lu cet auteur auparavant. Je lis prochainement promis! Je
suis très contente que le choix de la peinture d'Hopper vous plaise. Oui vous avez raison, ça devrait être si simple d'aller vers les autres, surtout que je n'attends que ça... Merci pour votre
passage sur ce blog, à bientôt!



Loojy Tochou 01/09/2011 17:08


Le groupe de fille! Je viens juste d'avoir la situation en caisse à l'instant et l'idée qu'elles se moquaient de moi m'a traversé l'esprit mais est aussitôt repartie. Cette impression est furtive
maintenant, j'arrive à me raisonner, ado c'était beaucoup plus difficile par contre! J'espère que ta psychothérapie t'aidera à surmonter ça alors, tu as l'air d'avoir vraiment envie de te
débarrasser de ce trait là ;) (enfin de la maitriser plutôt)


PandaVG 01/09/2011 18:24



Chez moi aussi c'est furtif, mais j'aimerais que ça disparaisse complètement. Je voudrais arrêter d'avoir peur comme ça. Alors je voudrais apprendre à modifier ce fonctionnement, d'où la TCC.



Peggy 01/09/2011 15:37



Je me reconnais aussi dans cette description :D (ou plutôt ":(" ? lol !)


J'ai toujours considéré ça comme de la timidité (c'était le mot inévitable dans mes bulletins scolaires pendant toute ma scolarité !). Donc je me dis que je suis comme ça et puis c'est tout.


Je ne cherche pas véritablement à changer, mais dans certaines situations, j'essaye quand même de me maîtriser (pour limiter la psychosomatisation à m'en rendre malade !) : lorsque je sais que je
vais devoir parler en face de plusieurs personnes que je ne connais pas ou que je vais être confrontée à des tas de regards à la fois (lors de "pots", "repas" ou autres, dans le cadre du boulot,
par exemple, où les différents services sont invités et où finalement, on ne connaît pas grand-monde). 


J'essaye de me raisonner en me disant, un peu pareil que lorsque tu croises les "groupes de filles qui rigolent", que ces personnes discutent simplement entre elles d'un sujet drôle et qu'elles
ne me regardent pas forcément pour trouver matière à rire ! 


Je n'ai pas 36000 amis, mais mon mari non plus, finalement, et c'est bien comme ça. Je n'aurais pas aimé, je pense, être sans arrêt entourée de tas de personnes que je ne connais pas et à qui je
n'aurais pas su quoi raconter :(



PandaVG 01/09/2011 15:51



Quelque part, je remercie mon mari de me pousser à me sortir de ça. C'est grâce à lui que j'ai plus d'amis qu'avant lol, parce que dans le tas, il y en a certains avec qui ça colle très bien.


Mais c'est vrai que c'est pénible d'être la potiche. Ou celle qui ouvre sa gueule et qui aurait dû la fermer. Ou celle qui est ennuyeuse à mourir parce que ses sujets de conversation sont bidons
aux yeux des autres.


On est mieux seul



Loojy Tochou 01/09/2011 14:12



Un peu que ça me parle, après est-ce que je veux changer? J'en suis pas sûre!


Dès que j'ai plus d'un interlocuteur, si je ne connais pas l'un d'entre eux, ça coince! Je suis obligée de me replier en spectateur et d'observer pour voir si je peux m'aventurer et me lâcher ou
pas (en plus ça prend du temps et plusieurs rencontres en général!).


Mais par contre, bien que se soit parfois lourd, la plupart du temps, j'aime bien ma solitude et ce côté de mon caractère. Ne pas agir en société me permet de mieux observer et de me faire une
idée sur les personnes avec qui je suis. Je relativise.


 


En réagissant comme ça, on pense surement que je suis coincée, ou ennuyante à mourir, ou stupide (ou les trois ah ah ah!) et sur le moment ça peut me préoccuper, mais avec le recul quelques
heures ou jours après, j'en arrive toujours à me dire que ça ne m'empêchera pas de dormir la nuit.


 


En fait c'est assez contradictoire et pas vraiment arrêté comme sensation, si ça se trouve, tu me poses la même question demain et je te dirais "putain oui je veux des amis!" :P.


A côté de ça, je travaille dans la vente et je croise des centaines de gens par jour sans que ça me pose de véritable problème ( hormis celui que je ne les supporte pas, mais c'est le lot de
n'importe quel vendeur je crois :D )...mais c'est vrai, c'est le boulot, c'est différent.



PandaVG 01/09/2011 15:00



J'ai pensé à toi en rédigeant cet article, quand tu m'as parlé de ton score au code qui était beaucoup plus bas que ce que tu arrives à faire quand tu es chez toi.


J'ai beau avoir travaillé dans des métiers au contact de la clientèle, il n'empêche que c'était chaque fois un effort très pénible à fournir que de me donner en pâture à ces gens.


Quand il y a un groupe de filles qui se met à éclater de rire dans la rue, je ne peux pas m'empêcher de penser que c'est parce qu'elles se moquent de moi. Alors que je ne suis pas le nombril du
monde, elles ont sûrement d'autres sujets de conversation que moi. Mais bon, ça me renvoie à l'école et aux situations que j'ai déjà vécues.


Régulièrement, je me répète dans ma tête "je ne suis personne, ces personnes ne sont pas en train de penser du mal de moi et même si c'était le cas, ça ne doit pas m'atteindre". Quand je suis
chez moi, dans ma confortable solitude, je n'ai pas tous ces soucis. Mais j'ai épousé un homme qui est tout mon contraire et qui a énormément besoin d'avoir toujours beaucoup de monde autour de
lui. Je ne peux pas toujours disparaitre alors je dois fournir des efforts énormes pour essayer de m'adapter à toutes ces personnes.


J'aimerais bien avoir des amis, mais sans avoir à me couper un bras ou à fournir des efforts de malade.



 

 

 

Quelque Chose De Précis À Chercher

 

VOS ARTICLES PREFERES


          TOP POSTS!  

 

http://images.allocine.fr/r_760_x/medias/nmedia/18/70/90/80/19120443.jpg

Etre surdoué
ça implique des inconvénients             

http://www.apprendreaapprendre.com/img_dossier/qi_loi_gauss.jpg

WAIS bilan psychométrique adulte:
je me suis décidée à le passer          

http://www.nbiweston.com/wp-content/uploads/2012/06/asperger.jpg

Test en ligne:
syndrome d'Asperger et vivre dans le monde des autres        

http://corporaterewards.com/uploads/icon-present.png Idées cadeaux pour végétariens
palette lily lolo Douche, shampoing, soins, cosmétiques, produits ménagers bio, écolo ET vegan (ingrédients non testés sur animaux)

 


LES RECETTES LES PLUS CONSULTEES


RECETTES VEGETALIENNES (promis, c'est bon quand même)

 

nems au tofu (recette de ma maman) Nems au tofu de ma maman
recette protéines de soja saveurs asiatiques Protéines de soja saveurs asiatiques
chou aux protéines de soja Protéines de soja et chou
(fake poulet!)
sauce bolognaise végétalienne aux protéines de soja Sauce bolognaise aux protéines de soja
(2 recettes)
pizza vegetalienne sans fromage 1 Pizza végétalienne
soupe japonaise express (miso, algue et tofu soyeux) Fake soupe miso express
raviolis-vegetariens-vapeur-avec-pate-a-raviole-wo-copie-1 Raviolis won ton vapeur faciles
soupe potiron lentilles corail Soupe potiron lentilles corail

 


ET C'EST PAS FINI!
LES AUTRES RECETTES

SUIVEZ-MOI!


Les tableaux de PandaVG sur Pinterest

 

Blogosphère
LES BLOGS ECOLOS ET/OU VEGE
AVEC DES RECETTES (mais pas que):
 

Archives (Blog Créé En 2011)

Qui visite ce blog en ce moment? Cliquez sur "real-time view"

Un petit sondage? Merci!

 

Prenez 2 secondes pour sauver un animal

ClicAnimaux.com - Cliquer pour Donner