Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
29 avril 2011 5 29 /04 /avril /2011 16:20

 

Les réfugiés politiques démarrent de zéro sans perdre la mémoire et leurs enfants ont des rêves d'enfants d'ici

Alors, dans l'épisode précédent, il était question de mon enfance, à l'école maternelle et à l'école primaire.
Vous savez maintenant qu'excepté au premier trimestre en CM1, j'ai toujours eu la place de première de la classe. On se dit souvent que les premiers de la classe adorent l'école.

J'ai détesté l'école.

Malgré tous les efforts que je fournissais pour me fondre dans la masse.

Audrey B, la fameuse blonde qui m'a répété les méchancetés racistes que son père avait eu à l'égard de ma famille, cette pimbêche s'était moquée de moi et de ma maigreur, avec ses copines, en me disant que j'avais des bras-spaghetti.

Hin hin, super drôle.

Il y a même eu une fois où, à l'âge de 12 ou 13 ans, ma mère m'avait envoyée acheter des oignons à l'épicerie du coin et j'étais tombée sur Audrey B et sa bande. Elles ont commencé à me menacer (trop fortes de leur supériorité numérique) et je suis partie en courant. Par chance, je courais plus vite qu'elles, je me suis cachée sur le parking entre 2 voitures, attendant qu'elles s'en aillent et qu'elles se lassent de l'envie de me cogner. Ce qui arriva, heureusement!

 

En primaire, Audrey B était inscrite dans un club de GRS, elle participait à des compétitions (elle disait des "compètes"), elle faisait la roue et tout le toutim. Wouaw, de la gym, toutes les petites filles en rêvent.

Même moi.

Moi je la regardais faire dans la cour de récré. Et chez moi, je m'entraînais à faire pareil.

Même sans cours de gym, j'étais très souple. Je faisais très bien la roue, le poirier, le pont, j'enchaînais les 3 figures à la suite, dans n'importe quel ordre, j'y arrivais. Alors je m'appliquais à montrer ce que je savais faire, pendant les récréations. Ca attirait les regards, j'étais contente, mais pour autant, je n'étais pas plus appréciée que ça.

 

Mes parents n'avaient pas les moyens de m'inscrire à une activité extra-scolaire, quelle qu'elle soit.

Nous n'avions déjà pas toujours à manger, alors ça, c'était du luxe! Mes vêtements venaient d'associations caritatives. Une de nos voisines nous avait pris en affection, elle était très gentille, elle savait que nous n'avions rien. Elle nous gardait les bandes dessinées que son fils ne lisait plus, les vêtements dans lesquels il n'entrait plus, quand elle faisait du gâteau, elle montait toujours nous en donner un peu. Je me demande ce que devient cette dame, Madame D, je me rappelle du prénom de son fils, puisque sur chacun de ses vêtements que je récupérais, il y avait une étiquette à son prénom et son nom: Jérôme D. Elle a tant fait pour nous. Le jour où une automobiliste a percuté mon petit frère de 5 ans, la voisine nous regardait jouer de sa fenêtre, comme elle le faisait toujours. C'est grâce à elle que les secours sont arrivés aussi vite, c'est grâce à elle que mon frère ne s'est pas vidé de son sang sur le trottoir ce jour-là.

 

En primaire, ce que les autres enfants aimaient bien chez moi, c'était mes cheveux extremement longs, raides, noirs. Ils disaient qu'ils étaient doux: "t'as de beaux cheveux, ils sont doux". Mais j'ai toujours eu horreur qu'on touche à mes cheveux. Alors que tous ces enfants viennent me toucher les cheveux avec leurs mains, yeurk. Je leur demandais de me laisser, c'était une intrusion pour moi. Mes cheveux, c'est intime, zut quoi.

 

Et puis souvent, l'hiver, je devais porter le bonnet qui m'avait été offert par la grand-mère de ma mère, mais les garçons de ma classe me l'enlevaient et s'amusaient à se faire des passes à la main, en se marrant, pendant que moi je sautais comme je pouvais pour récupérer mon bonnet blanc, en chialant.

 

Punaise, pourquoi pleurer tout le temps comme ça, au moindre truc, impossible de retenir mes larmes, pourtant ça me fiche la honte à chaque fois, tout le monde se moque de la pleurnicheuse, à chaque fois je me dis que je serai forte la fois d'après et la fois d'après, je chiale encore. Toujours aujourd'hui, à 30 ans, je pleure toujours pour rien. Je suis devenue un peu plus grande, un peu plus forte mais la chialeuse est toujours là. J'ai juste appris à le faire en silence dans mon coin.

 

Des petits moments de bonheurs et des souffrances muettes

J'ai passé bon nombre de récréations à jouer au foot avec les garçons et 2 autres filles un peu "garçon manqué". J'étais gardien de but: ça m'arrangeait, je déteste courir et j'arrêtais très bien les tirs cadrés (même si ça fait mal lol). Les autres filles jouaient à l'élastique ou à la corde à sauter. Je n'en avais pas. J'en ai parlé à ma mère, elle se démenait pour que je ne manque de rien mais malgré elle, il m'a manqué pas mal de choses dans mon enfance. Ca par contre, elle a assuré: aux puces, elle a acheté de l'élastique de couture au mètre et elle a écrit mon nom dessus au marqueur. Elle a mis quelques sous de côté pour m'offrir une corde à sauter. Je pouvais enfin jouer avec les autres. Mon élastique était mieux car plus solide et plus épais. La corde à sauter m'amusait beaucoup, je sais faire 2 tours de corde en un seul saut. Ca sert à rien mais c'est rigolo. Un jour je suis tombée en trébuchant sur ma corde, je me suis râpée une bonne partie de mon bras. En en parlant à ma mère et en lui désignant mon bras qui saignait, je pleurais (encore!). Elle me répondait le plus froidement possible "et alors pleurer, ça te fera pas avoir moins mal, arrête de pleurer".

Un bisou aurait fait l'affaire aussi.

Mais les rares fois où j'espérais un geste tendre de ma mère, c'était lorsqu'elle pensait que j'avais de la fièvre. Si j'allais au lit trop tôt, c'était parce que j'étais malade. Donc parfois, j'allais au lit, je fermais les yeux, j'attendais qu'elle vienne, ensuite elle posait sa main chaude doucement sur mon front d'abord, puis mes joues, puis mon cou, moi je faisais semblant de dormir. J'adorais ces moments.

Mon père quant à lui, n'a jamais été proche de nous. Il a une photo de lui et moi dans son portefeuille, oui. Mais c'est presque tout. Il s'occupait plus de ses neveux que de ses propres enfants.

Sans être un monstre cruel et sans coeur, non plus, ce n'était pas une ordure. Par exemple, régulièrement, bien que nous ayions très peu d'argent, il m'offrait des livres (à environ 10frs l'unité), de tous les genres, parfois une BD, parfois un roman, parfois une pièce de théâtre... Ma mére et lui tenaient absolument à ce que je sois studieuse, il fallait que je sois une intellectuelle, que je poursuive les études dont la guerre les avait privés. Les intellectuels étaient les premiers à mourir sous le régime communiste des Khmers Rouges.

 

Mes parents m'aiment comme je suis finalement, je n'en doute pas. Même si je n'ai pas poursuivi les études qu'ils auraient voulu que je poursuive. Ma mère me dit souvent "toi qui étais si intelligente, tu aurais pu aller tellement loin, c'est dommage d'avoir arrêté les études".

 

Je les aime mes parents. C'était juste pas un papa comme les autres papas. Comme ma maman n'était pas une maman comme les autres mamans.

 

Mes parents étaient encore au Cambodge dans leurs têtes et ça a duré longtemps.

Une fois, en rentrant de l'école, j'ai fredonné une chanson que tous les copains chantaient "Frère Jacques... Jacques Chirac..." etc. A l'époque, il était maire de Paris et Premier Ministre de Mitterand.

Ma mère m'en a collé une, paniquée, elle s'est tournée de tous les côtés pour voir si quelqu'un nous observait dans la rue, puis elle m'a dit énervée mais en chuchotant "on ne dit pas du mal des politiques".

En pleurant, j'ai répondu qu'ici, on était en France et qu'on avait le droit.

 

Je n'avais pas le droit de sortir après l'école, je faisais mes devoirs, point. Ca a duré un sacré long moment.

Pas le droit d'aller chez les copines, par peur de se faire accuser de vol ou je ne sais quelle autre idée paranoïaque. Pas le droit de les emmener à la maison (ma mère avait honte de notre modeste foyer, elle ne tenait pas à recevoir du monde).

Je n'étais donc jamais invitée aux fêtes d'anniversaires puis plus tard, à l'adolescence, aux boums. A quoi bon, je n'avais pas le droit d'y aller de toute façon.

Ca limite assez la vie sociale en fait. Et puis on est vite déçu: parfois on croit s'être fait des amis et pourtant ils ne nous invitent pas. Même si on ne peut pas venir, recevoir un carton d'invitation comme les autres convives, ça fait toujours plaisir.

Ca nous donne l'impression d'exister.

Lire l'épisode 1

Lire l'épisode 3

Lire l'épisode 4

Lire l'épisode 5

Lire l'épisode 6

 

Découvrir l'association les Enfants du Sourire Khmer

Partager cet article

Repost 0
Publié par PandaVG - dans vis ma vie de...
commenter cet article

commentaires

Den 28/07/2014 15:16


Bon, en fait, je me suis plantée, tu avais déjà ton fils.  Je pensais qu’il était
arrivé après.  Il est donc bien le premier.  C’est la suite de la fratrie que je ne situe pas encore.
Si je pouvais corriger mon commentaire d’avant, je le ferais… L

PandaVG 29/07/2014 11:04



Pas de soucis! Ne t'inquiète pas. Le souvenir de la fausse couche est beaucoup moins douloureux maintenant. Quand il m'arrive de l'évoquer, je ne pleure même plus  (presque).


 



Den 28/07/2014 15:09


En fait, j’ai commis une erreur alors que je m’étais pourtant promis de ne plus la faire depuis qu’une copine m’a expliqué sa
fc.  Ton garçon n’est pas ton 1er puisque tu as fait une fausse couche.  Il s’agit bien de ton 2ème enfant.  Du moins, à mes yeux.

den 28/07/2014 14:50


Je viens seulement de voir que tu m'avais
répondu. 



Merci pour ta réponse.  Comme on a échangé sur mon blog, et comme tu me l'as sussuré sous forme de boutades, je me réjouis de te lire sur les souvenirs de ta petite enfance le jour où tu te
sentiras prête.  Et de partager avec toi tes impressions quant à une investigation dans ce sens, investigation qui ne doit pas être anodine.


Dis, je n'ai pas encore tout lu sur ton blog. Tu
parles de ton fils...Tu as d'autres enfants?  Déjà que ton 1er a le même âge que le mien...Si ça tombe, ta/ton 2ème aussi?


PandaVG 29/07/2014 08:07



Mon grand a 6 ans dans  quelques jours et mon petit a eu 2 ans récemment :) je crois que nos enfants ont quasiment le même âge oui!



Den 21/07/2014 18:45


Bonjour PandaVG,


Merci pour ton récit.  J'ai découvert ton blog hier soir en
effectuant une recherche sur le Wais III.  Je suis tombée sur ton récit à ce propos.
Puis, mon attention a été attirée par le fait que tu
te décrivais Asiat' et j'ai cru rêver quand j'ai vu que ta rubrique "Vis ma vie de...".


Justement, cela fait depuis quelques mois que j'aimerais partager
avec d'autres Cambodgien-nes né-es au Cambodge sous les Khmers rouges ou un peu après.  En tout cas, né-es au Cambodge.  Certes, tu n'es pas née au Cambodge, ni sous les Khmers rouges,
mais tu en as été marquée puisque ta fille a vécu sous ce régime.
Je ne suis qu'à l'épisode 2...Et vais parcourir tous
les épisodes.
Merci d'avoir couché sur papier ton histoire.  Je
suis contente que d'autres personnes de ma génération (allez, 3 ans de différence, cela reste ma génération) ressentent le besoin d'écrire.


Juste un petit détail...Qui a son importance...

Pour ma part, tu es fille de réfugiée...mais tu es aussi, toi-même réfugiée...J'en parle un peu ici: http://den.eklablog.fr/19-avril-moi-victime-des-khmers-rouges-rescapee-et-fille-de-rescapes-a83612944


  


 


Pour ce qui est de tes souvenirs scolaires, je me reconnais
beaucoup dans l'exclusion que tu relates.  Cela me ferait du bien de faire comme toi, et de revenir dessus par le récit.  


J'espère que nous pourrons échanger...A bientôt!


 

PandaVG 22/07/2014 09:56



Bonjour Den,


Merci pour ton commentaire!


Effectivement mes parents ont vécu sous le régime khmer rouges et je pense avoir été marquée mais je ne sais pas vraiment à quel degré, tout est tellement flou pour moi puisque mes parents n'en
parlent jamais (et que je ne cherche pas à les faire parler de ça).


Je ne sais pas trop du coup ce que j'aurais à partager avec toi sur le sujet vu le peu de connaissance que j'en ai, mais ton idée m'intéresse beaucoup, je trouve que c'est un excellent
projet, c'est avec plaisir que j'aimerais pouvoir y participer! Oui à 3 ans près, on peut dire qu'on est de la même génération ^^.


C'est vrai ce que tu dis, que je suis moi-même une réfugiée... C'est vrai que je ne me sens pas la "légitimité" de ce statut pour moi étant donné que j'étais bébé quand nous sommes arrivés en
France. Mais pourtant, c'est bien le cas, en tout cas par définition, je suis une réfugiée.


Si tu fais des recherces sur le WAIS, c'est que tu dois te poser des tas de questions sur toi-même, alors sans doute que de revenir sur tes souvenirs scolaires peut te faire
le plus grand bien, en tout cas moi ça m'a beaucoup servi.


Ton article est extrêmement bien écrit (je l'ai lu hier soir mais je n'ai pas eu le temps de rédiger un commentaire, tu sais ce que c'est, les enfants qui prennent du temps etc ). D'ailleurs j'ajoute ton blog à la blogroll et j'y retourne!


 



Le prince masqué 04/05/2011 11:05



Chère PANDAVG,


Il me semble que tu as quelqu'un dans ta vie et un petit garçon. Enfin, ... Non, rien,... Enfin, si ! Crois moi ils t'aiment :) De plus, maintenant tu peux areter de pleurer petite fille, Ton
homme veille sur toi ! Il ne peut rien t'arriver ;)


Le prince masqué



PandaVG 04/05/2011 11:11



Cher Prince,
Votre amour me fait beaucoup de bien, il ne peut rien m'arriver.



 

 

 

Quelque Chose De Précis À Chercher

 

VOS ARTICLES PREFERES


          TOP POSTS!  

 

http://images.allocine.fr/r_760_x/medias/nmedia/18/70/90/80/19120443.jpg

Etre surdoué
ça implique des inconvénients             

http://www.apprendreaapprendre.com/img_dossier/qi_loi_gauss.jpg

WAIS bilan psychométrique adulte:
je me suis décidée à le passer          

http://www.nbiweston.com/wp-content/uploads/2012/06/asperger.jpg

Test en ligne:
syndrome d'Asperger et vivre dans le monde des autres        

http://corporaterewards.com/uploads/icon-present.png Idées cadeaux pour végétariens
palette lily lolo Douche, shampoing, soins, cosmétiques, produits ménagers bio, écolo ET vegan (ingrédients non testés sur animaux)

 


LES RECETTES LES PLUS CONSULTEES


RECETTES VEGETALIENNES (promis, c'est bon quand même)

 

nems au tofu (recette de ma maman) Nems au tofu de ma maman
recette protéines de soja saveurs asiatiques Protéines de soja saveurs asiatiques
chou aux protéines de soja Protéines de soja et chou
(fake poulet!)
sauce bolognaise végétalienne aux protéines de soja Sauce bolognaise aux protéines de soja
(2 recettes)
pizza vegetalienne sans fromage 1 Pizza végétalienne
soupe japonaise express (miso, algue et tofu soyeux) Fake soupe miso express
raviolis-vegetariens-vapeur-avec-pate-a-raviole-wo-copie-1 Raviolis won ton vapeur faciles
soupe potiron lentilles corail Soupe potiron lentilles corail

 


ET C'EST PAS FINI!
LES AUTRES RECETTES

SUIVEZ-MOI!


Les tableaux de PandaVG sur Pinterest

 

Blogosphère
LES BLOGS ECOLOS ET/OU VEGE
AVEC DES RECETTES (mais pas que):
 

Archives (Blog Créé En 2011)

Qui visite ce blog en ce moment? Cliquez sur "real-time view"

Un petit sondage? Merci!

 

Prenez 2 secondes pour sauver un animal

ClicAnimaux.com - Cliquer pour Donner