Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
24 mai 2011 2 24 /05 /mai /2011 16:35

cambodge france

Dans les épisodes précédents, vous avez eu un aperçu de mon enfance et de ma scolarité. Je ne peux malheureusement qu'aborder ma vie scolaire ou familiale étant donné que je n'ai quasiment pas de vie sociale particulière à vous conter.

Arrivée au lycée, mes parents m'interdisent toujours de sortir: après les cours, je dois vite rentrer à la maison et les jours où je n'ai pas cours, je reste à la maison.

J'ai le droit de me rendre à la bibliothèque mais je dois emmener le plus jeune de mes petits frères ou ma petite soeur avec moi.

La bibliothèque est mon refuge. C'est calme. J'ai accès à des tas d'ouvrages divers et variés, sur tous les thèmes. Mes parents veulent tellement que je sois studieuse que même si la bibliothèque n'est pas sous leur surveillance, ça leur convient.

 

J'ai tenté de lire, dès le plus jeune âge, des choses sur le conflit cambodgien qui a transformé ma famille en réfugiés politiques mais dans ces livres, il y a des photos, des photos d'enfants, de femmes, d'adultes abbatus, torturés, démembrés, le visage défiguré par l'effroi et la douleur juste avant de mourir, du sang du sang du sang, de la violence, de la barbarie, de la cruauté... Et même sans les photos, l'histoire en elle-même est si glaçante que j'ai trop peur.

Même maintenant à 30 ans, je me sens trop jeune et trop sensible pour regarder ces livres. Il faudra bien que je m'intéresse de plus près à tout ça quand même un jour mais je n'y arrive pas.

Je me demande simplement "comment un être humain peut-il se montrer aussi inhumain?" parce que la guerre, c'est un humain qui en blesse un autre, qui en torture un autre, qui en tue un autre, pour des prétextes tous plus débiles les uns que les autres.

Et c'est là qu'est tout le mystère finalement: l'homme se montre si décevant, souvent. L'homme montre si peu son humanité. Il agit en groupe, en robot, en société.

Etonnamment, je n'éprouve pas les mêmes difficultés à lire tout ce qui a attrait à la Seconde Guerre Mondiale: ça me passionne, même si j'éprouve aussi du dégoût pour tout le mal que l'homme a fait à l'homme.

Les bibliothèques sont remplies de toute cette médiocrité humaine.

Mais j'aime les bibliothèques parce qu'elles n'ont pas que ça, heureusement.

 

A la fin de mon année de 3è, nous avons déménagé.

Nous avons quitté la Seine St Denis (93) pour la Seine et Marne (77).

Alors pour ceux qui ne connaissent pas la région de l'Ile de France, en fait ça ne fait pas super loin: pour se rendre de mon ancienne commune à la nouvelle, il suffit de prendre 2 bus de la RATP (c'est long mais c'est faisable).

C'est rigolo  mais ce coin de la Seine et Marne a une grande population asiatique.

C'est bien connu d'ailleurs, à Paris, le coin des asiatiques, c'est le 13è arrondissement de Paris et ce coin de la Seine et Marne (Lognes, Noisiel, Torcy, Champs sur Marne, etc). Il y a donc bien plus d'asiatiques, nous ne sommes plus vraiment une minorité.

 

Septembre 1996: j'entre en classe de seconde générale.

Le passage du collège au lycée, c'est une étape importante dans la vie d'un ado.

J'ai l'intention de me défaire de mon image d'intello qui m'a suivie les années précédentes, je veux faire partie des filles populaires et cools, j'ai constaté que les autres n'aimaient pas les bons élèves. Les bons élèves sont souvent exclus. J'aimerais bien avoir un petit copain. J'aimerais juste qu'on m'aime en fait.

 

Je décide de couper mon prénom en 2, il est bien trop long et trop compliqué à prononcer pour la majorité des gens: je décide que 4 lettres ce sera tout. Et puis en cambogien, ça veut dire étoiles, c'est classe non? C'est un prénom aussi bien masculin que féminin. Très joli, je me demande même pourquoi mon père a tenu à allonger et compliquer ce prénom sublime.

Je change de ville, personne ne connait celle que j'étais avant: tout un nouveau futur est possible.

 

Je calcule mal mon temps de trajet pour me rendre au lycée et j'arrive en retard le premier jour de la rentrée.

Je suis mal à l'aise, je ne connais personne, tous les yeux sont rivés sur moi, je m'excuse d'être en retard, je m'assois, voilà c'est fait, tout le monde a pu remarquer que j'étais complètement paniquée mais que j'essayais d'avoir l'air détendue.

Vient l'épreuve pénible de l'appel en début de cours, là où chaque début d'année, le professeur qui lit mon prénom pour la première fois s'arrête, plisse les yeux et émet une tentative de prononciation qui doit être comique puisque tous les élèves explosent de rire à chaque fois.

Cette année-là, je prends les devants et prononce moi-même mon prénom en précisant que je préfère mon diminutif, que ce sera plus facile pour tout le monde. Entendu, on m'appellera par mon diminutif. Pas d'explosion de rire cette fois, quel bonheur. J'adore mon diminutif. Aujourd'hui encore, c'est comme ça que tout le monde m'appelle.

 

Je suis donc en seconde générale, anglais en 1ère langue vivante, allemand en seconde langue vivante et sciences économiques et sociales en option. C'était ça ou l'italien. J'ai décidé d'arrêter le latin, je n'avais pas spécialement envie d'apprendre l'italien.

 

Je regarde avec admiration les grandes qui sont en terminales mais aussi les adultes qui sont en BTS.

Moi je suis si petite par ma taille et je fais tellement juvénile, personne ne me donne 15 ans comme aujourd'hui personne ne me donne 30 ans.

Personne ne me regarde, personne ne fait attention à moi.

Je n'ai pas de résultats scolaires catastrophiques mais les excellents résultats que j'ai pu avoir avant en primaire ou au collège sont de l'histoire ancienne.

Je suis performante sans effort en anglais et en français, alors j'ai tout de même de bons résultats dans ces 2 matières mais je ne révise pas, je ne travaille pas, je ne fais rien de particulier. Je suis moyenne quoi.

"Normale". 

[J'ai appris récemment que ce que j'avais fait là s'appelle de l'inhibition intellectuelle, pour remédier à la dyssynchronie sociale dont je souffrais par rapport aux autres enfants.]

 

Je ne suis plus une intello, je ne suis pas une nulle, mais je ne suis pas populaire, il faut se rendre à l'évidence, je suis toujours une "bouffonne". Les autres élèves que je fréquente pendant les récrés font partie d'une bande de potes qui se connaissent depuis le collège. Ils sont super sympa. J'espère qu'ils ne liront jamais ces mots mais eux non plus ne faisaient pas partie des populaires, je suis même certaine qu'on était tous classés parmi les ringards.

Mais ils sont assez sympa avec moi, on s'entend bien et ils essayent de m'intégrer à leur bande de potes.

C'est marrant mais maintenant que j'y pense, la moitié d'entre eux avaient de très bons résultats scolaires. Il y en a même une qui est tout à fait intelligente, remarquable dans toutes les matières. C'est d'ailleurs elle qui a l'étiquette de l'intello qui lui colle au sac à dos.

Les autres se retrouvent au centre commercial ou chez les uns et les autres. Moi je ne peux pas y aller.

Lorsqu'ils organisent une fête les samedis ou les mercredis après-midi, je ne peux pas m'y rendre, à moins de faire croire à mes parents que je vais bosser à la bibliothèque, il faut donc que je mette mon frère ou ma soeur dans la confidence, parfois je les emmène avec moi, parfois ils vont aussi chez des copains à eux et on se retrouve plus tard.

Pas terrible la fille qui doit emmener son frère ou sa soeur partout où elle va. Pas terrible non plus de quitter une fête à l'heure de la fermeture de la bibliothèque municipale, soit 18h.

 

J'ai quand même un semblant de vie sociale, avec des potes, j'ai même un petit copain qu'on peut qualifier de "beau gosse", le premier de ma vie parce que les précédents n'étaient pas "beaux garçons".

Il n'est pas dans mon lycée mais c'est le meilleur ami d'un des mecs de la bande. Evidemment, mes parents ne sont au courant de rien, une jeune fille bien n'a pas de petit copain. Encore moins un qui n'est pas cambodgien.

Je suis trop contente parce que j'ai, à ce moment-là de ma vie, la sensation euphorique d'être "normale" comme toute jeune fille de mon âge.

Ah Jonathan. Cette fois où il m'a raccompagnée chez moi après une fête et où il m'a embrassée pour la première fois, devant ma boîte aux lettres, en prenant mon visage dans ses mains. So romantic!

Je suis remontée chez mes parents avec plein de petits papillons dans le ventre, avec des chansons joyeuses plein la tête, avec l'envie de tourbillonner sans m'arrêter.

Mais ce crétin me jettera plus tard comme une merde, en demandant à une fille du groupe de venir me dire que c'était fini. A 15 ans, un mec n'est pas très courageux.

La vie m'apprendra que même plus vieux, les mecs sont rarement courageux quand il s'agit de briser le coeur d'une fille.

Et vous savez pourquoi il m'a larguée? C'est ce qui est le plus drôle, je l'ai appris par les autres de la bande plus tard. Parce que je n'avais pas de poitrine. C'est d'un débile.

Je n'avais déjà pas beaucoup confiance en moi, là le compteur est redescendu au plus bas et va y rester un moment (si vous avez lu l'ensemble de ce blog ou si vous me connaissez un peu, vous savez que le compteur n'est jamais très haut lol).

Mais bon, en grandissant, bien plus tard, mais alors bien plus tard, j'ai compris que moi-même, j'avais attaché trop d'intérêt à l'apparence et que ce n'était que le résultat de mes médiocres attentes.

Je n'étais pas une fille canon, ça ne servait à rien de s'acharner à vouloir un beau mec sans la beauté intérieure.

 

Revenons-en à la scolarité.

En fin de seconde, on détermine notre vie future: en quelle section déciderons-nous de passer notre bac?

Mine de rien, cette décision a un impact collossal sur le reste de notre vie. Selon nos ambitions, tel ou tel bac ne sert strictement à rien.

 

A cette époque, je ne savais toujours pas quel métier je voulais faire plus tard (d'ailleurs aujourd'hui je ne sais toujours pas ce qui me plairait).

Mon professeur principal, qui est aussi mon prof de maths, prend rendez-vous avec ma mère. Il lui explique que je m'entête à vouloir passer en 1ère Scientifique alors que je suis une excellente Littéraire, qu'il faut me faire changer d'avis.

D'après-lui, j'aurais mon bac Littéraire en passant facilement par la grande porte alors que je n'obtiendrais un bac Scientifique que par le trou de la serrure, parce que je ne suis que moyenne dans les matières scientifiques.

L'image a été très parlante pour ma mère: je n'ai pas le choix, je passe en 1ère Littéraire et puis c'est tout.

C'est comme au collège: je voulais apprendre l'espagnol en seconde langue vivante mais pour mes parents, les élèves bons à l'école font allemand. Quelle idée reçue pourrie, on ne devrait apprendre une langue que si on a envie de l'apprendre.

J'ai été contrainte de suivre les cours d'allemand au lieu des cours d'espagnol. J'ai été contrainte de passer en 1ère L au lieu de la 1ère S.

Mais je ne peux m'en prendre véritablement qu'à moi, je n'avais qu'à avoir de meilleurs résultats en matières scientifiques, mes 12 de moyenne n'étaient pas suffisants par rapport à mon 16 en français et mon 18 en anglais.

 

En septembre 97, me voilà en 1ère L option maths. Je tenais à garder une option scientifique.

Mais j'ai décidé de ne plus être bonne à l'école.

 

Lire l'épisode 1
Lire l'épisode 2
Lire l'épisode 3

 

Lire l'épisode 5

Lire l'épisode 6

Partager cet article

Repost 0
Publié par PandaVG - dans vis ma vie de...
commenter cet article

commentaires

Une quiche en cuisine 02/10/2011 15:03



C'est vraiment dommage de t'avoir "forcée" à faire littéraire !


J'étais dans le même cas que toi (on m'a dit que je ferai S "à mes risques et périls" - texto) et pourtant j'ai enchaîné sur une filière scientifique après le bac (obtenu avec mention) et j'ai eu
mon concours de 1è année du premier coup (NAH !!!)


Cette "sélection" sur les maths, n'importe quoi...



PandaVG 03/10/2011 10:13



Je suis bien d'accord!


Je suis certaine que je l'aurais eu en plus, si je n'avais pas tout saboté moi-même



Elosyia 25/07/2011 23:52



Effectivement, il y a peut-être des quotas. Pour mon cas, le mystère reste entier.



PandaVG 26/07/2011 09:41



Maintenant il faut voir l'avenir de toute façon, il faut qu'on avance même si on nous a mis des bâtons dans les roues



Elosyia 23/07/2011 12:13



Quand j'étais en seconde je me démerdais bien en français et assez dans les autres matières sauf en math, physique où je me ramassais. Pour ma prof principale qui (enseignait aussi les maths) il
fallait que j'ai de bonnes moyennes partout y compris en math pour avoir un niveau suffisant pour passer en L. Elle jugeait que je glandais à fond dans sa matière, je travaillais beaucoup mais je
m'y prenais mal du coup je ne chiais dessus aux contrôles. Par conséquent, on m'a signalé que mon niveau assez bas en physique et maths dénotait un manque d'investissement et par conséquent la L
c'était pas pour moi (véridique). Mais ils ont jugé que j'étais plus adaptée pour une classe STT.  On est 3 à avoir fait appel dans ma classe et aucun n'est passé. Elle ne nous a pas
vraiment défendu en comission. Et pour la petite histoire, j'avais des potes dans ma classe qui ne foutaient rien en français. Ils étaient en totale glande aussi dans les matières d'histoire/géo
mais ils se débrouillaient bien dans les matières scientifiques et ils ont pu passer en 1ère S parce que les profs (et surtout la prof principale qui les a défendus becs et ongles) ont jugé que
leur manque d'investissement dans les matières littéraires n'était pas très grave. J'ai vraiment ressenti une injustice.



PandaVG 25/07/2011 09:23



Le manque d'investissement dans les matières littéraires n'est pas grave pour passer en S??? Ca ça me rend dingue. Le bac S est un bac général, ça veut dire qu'il faut un niveau général, bordel,
pas que scientifique. Si ça a été valable pour toi et la L, c'est valable pour eux aussi! Quelle excuse bidon on t'a donné! C'est clair que c'était injuste!
Le pire, c'est qu'une grande majorité de profs pense ça: on s'en fout des matières littéraires en général, ça ne sert qu'aux L. Du coup, tout le monde rabaisse le bac L.


En fait, je me demande comment les profs décident des orientations. Est-ce qu'ils ont un quota de tant d'élèves à faire passer en S, tant en L, tant en ES et tant en STT? Ce qui fait que
malheureusement, certains élèves n'auront pas l'orientation voulue avec des explications pourries comme celles que toi et moi avons reçu...



Elosyia 22/07/2011 20:01



C'est dingue comme cette idée d'être populaire et de ne pas être dans le groupe des loosers peut coller à la peau quand on est jeune. Je pensais exactement la même chose que toi quand j'étais ado
et je me désespérais de ne pas être chez les winneurs. C'est drôle parce que quand je vois facebook j'ai l'impression que personne n'a vraiment quitté la cour du lycée. Je vois aussi des tas de
personnes que l'on remarquait à peine au lycée. Ils sont devenus canons, épanouis et semble davantage sûr d'eux. Prendre de l'âge c'est quand même bien.


Pour l'orientation, ce qui m'énerve c'est que tu n'es pas passée en 1ère S à cause d'une moyenne plus basse que dans les matières littéraires. Mais ce n'est pas seulement ça, c'est aussi parce
que dans la tête des gens, une fille est faite pour un profil littéraire et un garçon pour un profil S. En dehors de ton travail, il y a peut-être aussi cet élément qui a pesé dans la balance.
Qui sait ? Je suis passée dans une classe STT alors que je voulais absolument faire L. Au final, j'ai appris plein de choses et cela ne m'a pas empêché d'aller à la fac et de continuer à écrire.
Donc je suis sure que tu as pu retirer quelque chose de positif de cette expérience.



PandaVG 23/07/2011 07:19


La popularité chez les jeunes! C'était une obsession pour toi aussi lol. En fait je crois que tout le monde voudrait être apprécié par ses pairs, c'est humain de vouloir être aimé et être intégré
au groupe. Qu'est ce qui a fait que tu n'es pas passée en L comme tu le souhaitais?


 

 

 

Quelque Chose De Précis À Chercher

 

VOS ARTICLES PREFERES


          TOP POSTS!  

 

http://images.allocine.fr/r_760_x/medias/nmedia/18/70/90/80/19120443.jpg

Etre surdoué
ça implique des inconvénients             

http://www.apprendreaapprendre.com/img_dossier/qi_loi_gauss.jpg

WAIS bilan psychométrique adulte:
je me suis décidée à le passer          

http://www.nbiweston.com/wp-content/uploads/2012/06/asperger.jpg

Test en ligne:
syndrome d'Asperger et vivre dans le monde des autres        

http://corporaterewards.com/uploads/icon-present.png Idées cadeaux pour végétariens
palette lily lolo Douche, shampoing, soins, cosmétiques, produits ménagers bio, écolo ET vegan (ingrédients non testés sur animaux)

 


LES RECETTES LES PLUS CONSULTEES


RECETTES VEGETALIENNES (promis, c'est bon quand même)

 

nems au tofu (recette de ma maman) Nems au tofu de ma maman
recette protéines de soja saveurs asiatiques Protéines de soja saveurs asiatiques
chou aux protéines de soja Protéines de soja et chou
(fake poulet!)
sauce bolognaise végétalienne aux protéines de soja Sauce bolognaise aux protéines de soja
(2 recettes)
pizza vegetalienne sans fromage 1 Pizza végétalienne
soupe japonaise express (miso, algue et tofu soyeux) Fake soupe miso express
raviolis-vegetariens-vapeur-avec-pate-a-raviole-wo-copie-1 Raviolis won ton vapeur faciles
soupe potiron lentilles corail Soupe potiron lentilles corail

 


ET C'EST PAS FINI!
LES AUTRES RECETTES

SUIVEZ-MOI!


Les tableaux de PandaVG sur Pinterest

 

Blogosphère
LES BLOGS ECOLOS ET/OU VEGE
AVEC DES RECETTES (mais pas que):
 

Archives (Blog Créé En 2011)

Qui visite ce blog en ce moment? Cliquez sur "real-time view"

Un petit sondage? Merci!

 

Prenez 2 secondes pour sauver un animal

ClicAnimaux.com - Cliquer pour Donner