Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
15 août 2011 1 15 /08 /août /2011 14:00

not-pregnant-but-ask-me-about-my-miscarriage.png

Combien de temps faut-il pour parvenir à faire le deuil après une fausse-couche?

Ca fait déjà 6 mois et j'ai toujours autant de peine à refouler les larmes qui me viennent quand j'aborde le sujet.

Si je n'avais pas perdu le bébé, aujourd'hui je serais terriblement grosse, j'aurais du mal à monter les escaliers (ou même juste marcher) parce que je manquerais de souffle, je ne pourrais plus porter mon fils de 3 ans qui est parfois fatigué de marcher, j'aurais une sciatique un peu pénible comme lors de ma première grossesse.

 

Et aussi dans quelques semaines, Fiston entre en maternelle pour sa première rentrée scolaire. Si je n'avais pas perdu le bébé, j'aurais eu le bébé et Fiston à gérer, comment aurais-je fait? A 3 ans, Fiston me prend déjà tellement de temps et d'énergie qu'avec un nouveau-né en plus, j'aurais été la victime parfaite d'un baby blues qui dure...

Parfois je me dis que c'est le destin qui estimait que je n'étais pas encore prête ou pas encore à la hauteur.

 

J'ai eu mes règles samedi soir. A chaque fois que je les ai, ça me rappelle que mon ventre est vide. J'ai l'impression d'avoir le ventre pourri de l'intérieur. J'ai la sensation qu'il ne fonctionne plus correctement. Bien sûr, ce n'est que dans ma tête, l'obstétricien m'a bien expliquée que tout allait bien et que je pourrai à nouveau être enceinte.

 

J'aurais préféré que ma dernière grossesse mette plus de temps à venir et qu'elle ait abouti plutôt qu'elle arrive en seulement 3 mois d'essais et qu'elle se finisse comme ça.

 

Cette fausse-couche m'a aussi permis de me rendre compte de mes problèmes relationnels.

Je n'ai pas beaucoup parlé de ça aux gens qui m'entourent, à mes proches. En fait, j'avais peur qu'ils me déçoivent comme certains m'ont déçue.

Mais je n'avais pas à être déçue. Personne n'a rien fait de mal.

Ils n'ont fait que me dire les mots qu'ils estimaient capables de soulager ma douleur. Ils pensaient bien faire.

Ce qu'ils ne savent pas, c'est qu'aucun mot n'est capable de soulager cette douleur.

Et ça, seules les personnes ayant été confrontées elles-mêmes à la fausse-couche peuvent le comprendre. Aucun mot ne soulage. Une oreille attentive et une épaule sur laquelle pleurer et pleurer encore, c'est à la limite tout ce dont j'avais besoin.

 

J'ai été déçue par les mots prononcés ("ce n'était pas un bébé"; "tu es jeune, tu en auras un autre"; "il vaut mieux que tu le perdes au début de la grossesse plutôt qu'à la fin"; "la nature est bien faite, si tu l'as perdu c'est qu'il était malformé, tu aurais préféré un bébé triso?"; etc).

Ils n'ont pas été prononcés dans le but de me faire mal, bien sûr, mais je ne peux m'empêcher de me dire que j'attendais mieux que ça.

Je sais que je suis trop exigeante et je sais maintenant d'où vient ce problème, ça me permet de faire un travail sur moi et d'être plus indulgente avec les gens qui m'entourent.

 

Maintenant il ne me reste plus qu'à attendre. Je pense que quand ma tête se sentira prête, mon corps se sentira prêt.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Nikky 26/08/2011 21:04



Merci pour tes felicitations.


j'espere que mon message t'as apporter du reconfort mais aussi un peu d'espoir, je reste positive envers toi et je suis sur que tres prochainement un bébé viendra vous combler!


c'est tout ce que je te souhaite, tout ce que je vous souhaite a tous les 3



PandaVG 26/08/2011 21:40



Merci beaucoup, tu es quelqu'un de gentil 



nikky 25/08/2011 21:39



bonsoir,


tes messages apres FC sont tres poignants  


Nous avons perdu un bébé en meme temps, je me suis decue, j'ai été decue de mon corps, j'ai penser etre une bien mediocre personne pour ne pas savoir porter la vie correctement  


J'ai ensuite detester les femmes enceintes, je les fuyaient du regard, je les esquivait, leur grossesse me donnait la nausée...


Ma FC, mon "echec" m'a anéantie... pourtant ce pti bébé etait tout petit, 6 semaines a peine mais je l'aimais deja tant et je l'aime toujours si fort


quand il es parti je lui ai dit que notre histoire ne prendra pas de ride car je l'aimerai toujours comme au 1er jour.... mon tout petit, je n'ai pas su prendre soin de lui....


Aujourd'hui, enceinte de 3 mois et demi, je suis heureuse mais j'ai peur, la FC es encore tres presente dans ma tete... je pense quotidiennement a lui. a l'echo  du 1er trimestre j'etai
terorrisé... peur de revivre l'horreur...


mais ce petit bébé va bien, ouf! dans mon dossier de grossesse, il es ecrit 3eme grossesse, FC a 6 semaines.... ma FC et ce nouveau bébé sont donc associé, parler de la perte du 1er en alliant a
la discussion l'arrivé du 2eme.... c'est tres derisoire, tres destabilisant


Je suis heureuse d'etre a nouveau enceinte, ce bébé nous le desirions tant, tout comme tu desir ton prochain bébé, je te souhaite qu'il arrive vite... il sauvera ton coeur du vide que ton bébé a
laissé


Sache que tu n'oublira jamais, tu l'aimais deja tant...



PandaVG 25/08/2011 21:44



Bonsoir,


Félicitations pour ta grossesse, je souhaite sincèrement qu'elle se déroulera bien.


Ca doit être dur que cette grossesse soit associée à la précédente dans le dossier...


Merci pour ton message, c'est très gentil d'avoir pris le temps de me donner un peu de réconfort.


Tiens moi au courant de l'avancée de ta grossesse, ça me ferait plaisir.


Bises 



Sandrine 24/08/2011 11:42



Merci pour ce témoignage. Honnêtement, je ne sais pas comment on peut oublier une fausse couche. A mon avis il s'agit d'un vrai deuil, donc ça ne devient jamais indifférent. Peut-être que ces
femmes disent ça pour ne pas avoir à en parler...


En tout cas je confirme : c'est bien d'écouter son corps pendant la grossesse, mais normalement les fausses couches ne sont pas causées par une perte de sang ni par notre activité (à part
activité avec des impacts répétés). Donc il ne faut pas culpabiliser, c'est sans doute la combinaison génétique qui n'était pas viable, rien à voir avec nous. Je sais que c'est dur de ne pas
culpabiliser (surtout quand on est perfectionniste !) mais ce n'est vraiment pas de notre faute. C'est le hasard, comme les personnes fauchées par un accident de voiture.


L'important est que la douleur diminue petit à petit pour laisser place aux autres petits et grands bonheurs de l'existence, mais on n'oublie jamais complètement. Bon courage et merci pour le
partage.



PandaVG 24/08/2011 12:12



Chutes, accidents, travail prolongé ou stress peuvent, exceptionnellement je te l'accorde, être à l'origine d'une fausse couche. Donc même si on me répète 1 milliard de fois que je n'y suis pour
rien, qu'une anomalie chromosomique explique très bien ma fausse couche, comme on ne m'a apporté aucune preuve, je serai éternellement dans le doute.


Même si, bien sûr, je sais bien qu'il est inutile de culpabiliser, ça ne me ramènera pas mon bébé.


Parfois la douleur s'estompe alors je ne perds pas espoir.


Merci pour ce gentil message.



steph 17/08/2011 06:00



Comment font les autres femmes, celles qui s'en remettent, je ne sais pas....


pt-être qu'il s'agissait de grossesse surprises, non désirées, ou alors je sais qu'il y en a qui n'arrivent pas à considérer le bébé comme un être à part entière avant de le sentir bouger, ou
même avant la naissance etc...


quand je suis retombée enceinte après ma FC, lors de mon 1er rdv gyneco, le médecin commence: "donc c'est votre 3e grossesse, vous en êtes à X semaines..." et mon homme dit "mais non! c'est
sa 2e grossesse, on n'a qu'un enfant" donc le gyneco lui explique qu'il parle de la précédente grossesse qui s'est arretée mais qui a bien existé, réponse "ah mais ça compte ça?", je
crois que c'est la pire phrase que j'ai entendu de sa part,


je crois que je lui en voudrai toute ma vie, car il a aussi bien vu à quel point ça a été dur pour moi, ce bébé j'ai encore en tête son image, son profil (puisqu'on s'en est apercu lors de
l'echo des 12 SA)


je sais que c'est sa vision des choses, qu'il a le droit de ne pas l'avoir considéré comme un bébé, et que c'est pt-être aussi sa façon de gérer cette épreuve,


mais face à ça j'ai juste envie d'être egoiste et de lui en vouloir


aller à lanniv de son copain était pt-être un moyen pour ton cheri de ne pas vouloir croire qu'il y avait un pbm, de vouloir fuir ce qu'il craignait et oublier un peu... mais très
egoistement, très injustement, et très ...."féministement", c'est toi qui le portait, c'est ton corps qui a vécu ça, donc c'est bien légitime d'en vouloir à la terre entière



PandaVG 17/08/2011 09:03


Je comprends tout à fait que tu en veuilles à ton homme!!! Je comprends ta douleur,même si moi à l'échographie je n'ai vu qu'un grand rond en pointe. Je n'ai pas eu cette vision de l'aspect
"physique". Je suis désolée que ton homme ait dit ça, c'est blessant. Le mien m'a dit qu'il ne fallait pas que je crois qu'il n'a pas souffert lui aussi. En plus à cette période, notre entourage ne
lui demandait que des nouvelles de moi, comment je le vivais. Personne ne lui demandait à lui s'il souffrait. Comme si c'était normal qu'il n'y ait que la femme qui soit possiblement affectée. Mais
même s'il me soutient que lui aussi a souffert, même s'il a reconnu ne pas avoir eu le bon comportement et même s'il reconnait qu'il n'aurait jamais dû dire que ce n'était pas un bébé alors passons
à autre chose, je n'arrive pas à ne plus lui en vouloir. En fait je n'arrive pas à ne plus être déçue, c'est surtout ça. Je ne doute pas qu'il ait souffert lui aussi, je ne doute pas qu'il regrette
de ne pas avoir eu le bon comportement et de m'avoir fait mal. Lui, il croyait qu'avec ces phrases bidons qu'on entend en cas de fausse-couche, comme tous les autres, qu'il m'aiderait à me sortir
de ma peine. Mais comment peuvent-ils croire que ça ira après avoir entendu tout ça??? Ils ont tous essayé les uns après les autres "d'annuler" mon bébé parce que j'en aurai un autre plus tard, de
me dire qu'il était "raté", etc. Moi tout ce que j'entendais à travers leurs mots c'est "tu n'as pas le droit de souffrir, il ne t'arrive rien, il ne t'est rien arrivé". Alors au final, je n'ai
parlé à personne de ce sujet, pour éviter d'être déçue par d'autres, parce que je suis le genre à bien trop attendre de mes relations alors je suis le genre à ne plus voir ceux qui m'ont déçue. Je
lutte tous les jours pour ne pas en vouloir encore à mon homme, parce qu'on en a déjà parlé et qu'il s'en veut lui aussi. L'autre jour on a eu un appel d'une cousine à lui qui demandait comment se
passait ma grossesse. On avait complètement oublié de la prévenir... Il lui a dit que j'avais traversé une période difficile mais que ça allait mieux. Je dis à tout le monde que ça va mieux! Parce
que je sais très bien que si je remets ma souffrance sur la table, on va me ressortir les phrases bateaux qui vont me gonfler. A quoi ça sert de me demander si je souffre si c'est pour me dire
qu'il est anormal de souffrir? Heureusement que j'ai mon blog pour parler de cette souffrance sans me taper ces fameuses phrases énervantes, bien qu'elles soient prononcées par des gens qui croient
bien faire.


steph 16/08/2011 13:18



moi je vais pas te laisser un commentaire bien positif, car je dirais qu'on ne fait jamais le deuil d'une fausse couche,


ça va mieux qd on retombe enceinte, enfin non, ça ne va pas mieux, mais on passe à autre chose,


3 ans et demi après j'y pense encore quotidiennement,


sans parler des questions qui arrivent quand un nouveau bébé est là....je trouve que c'est le pire,


car on regrette d'avoir fait cette fausse couche, de ne pas avoir connu ce bébé qui n'est jamais né, si cette grossesse avait évolué je n'aurai pas connu ce malheur, mais pas non plus ma dernière
fille?...c'est très compliqué je trouve...


je ne sais pas si ce "souvenir" peut s'estomper avec les années??? si les questionnements cessent, si la culpabilité disparait...????



PandaVG 16/08/2011 14:15


Comment font les autres femmes? Celles qui réussissent, comme ma mère par exemple, à se dire "ce n'était pas un bébé de toute façon" et "s'il est parti c'est que ça devait être comme ça". Comment
fait-on pour se résigner et passer à autre chose? Pourquoi souffrir autant alors qu'en fait au final, c'est vrai, ce n'était pas un bébé, il n'en était qu'à ses premières semaines de vie
intra-utérine, son coeur s'est arrêté ou plutôt il n'a pas poursuivi son développement, techniquement, il n'est pas mort puisque pas né. Alors pourquoi nous ne parvenons pas à être comme celles que
ça n'affecte pas? Pour le bébé d'après, je n'ose même pas imaginer. J'ai peur que la douleur ne quitte jamais mes yeux et que cet enfant en souffre. C'est vrai, je ressens une certaine culpabilité
parce qu'à l'époque où j'ai perdu le bébé, nous n'arrêtions pas de courir à droite à gauche voir des potes, alors que je n'avais pas envie de les voir. Ca m'a fait prendre conscience d'un autre
problème: j'en veux à mon mari de m'avoir trainée avec lui aux 30 ans de son pote à des kilomètres d'ici (on s'est tapé un WE toulouse-bordeaux en train abominable, le train étant tombé en panne).
C'est pas mon pote à moi, que je sois là ou pas n'aurait rien changé à la fête. Fête à laquelle je ne me suis même pas amusée puisque je perdais du sang et toutes les femmes là-bas m'agaçaient à
venir me dire que c'était rien, que ça leur était arrivè et que le bébé allait bien quand même, elles n'auraient pas dû essayer de maintenir cet espoir, mon cerveau savait très bien ce qu'il se
passait mais mon coeur a voulu les croire. J'en veux à mon mari parce que ce soir-là, pendant que je perdais mon sang, il aurait dû insister pour qu'on aille aux urgences, moi je ne voulais pas
gâcher sa fête alors je n'ai rien demandé. Et puis comme une idiote, je ne dis jamais ce que je voudrais. Ce serait tellement plus simple qu'on soit connecté et qu'il sache lire dans mes pensées.
De toute façon, j'ai demandé à l'obstétricien et même si nous étions venus dès les premiers saignements, ça n'aurait rien changé. Alors je ne devrais pas en vouloir à mon mari, à part pour ce qu'il
a dit, au même titre que "les autres", en pensant bien faire, je lui en veux terriblement d'avoir osé, lui, me dire "ce n'était pas un bébé". Il m'a déçue plus que tout le monde. Et ça, je n'arrive
pas à me l'enlever de la tête. Est-ce que ça partira un jour, cette rancoeur envers ceux qui ne m'ont pas comprise alors qu'ils n'ont rien fait de "grave"?


Elosyia 15/08/2011 23:14



Quelle témoignage, c'est poignant. Chacun met le temps qu'il faut pour se remettre des épreuves qui nous touchent et si tu as encore des larmes, accepte les. Selon moi c'est vraiment le signe que
toute ta peine n'a pas fini de s'exprimer. Je ne me permettrais pas de juger ce que tes proches ont pu te dire. Tout ce que je dirais c'est que tu as j'en suis sure des gens avec qui en parler et
qui t'écouteront avec bienveillance. Il n'y a rien de mal non plus à consulter un spécialiste (psy, thérapeute) dans un cadre où tu pourras t'exprimer sans entraves et sans te sentir jugée. Tu
peux demander des noms de spécialistes à ta gynéco. J'ai l'impression que tu as encore besoin d'en parler et c'est tout à fait légitime. Ne te sens surtout pas coupable d'avoir tes émotions et ne
te sens pas coupable d'avoir envie de les partager avec autrui. Le faire ici sur ton blog c'est déjà un grand pas que tu fais pour toi. Tu peux en être fière.



PandaVG 15/08/2011 23:49


Merci merci merci. J'ai l'impression d'être comprise à travers ce blog, alors qu'à l'oral, en vrai face à face, je suis un boulet incapable de restituer ce que je ressens. J'ai tenté de voir une
psy au tout début, c'était pas mal mais ça n'était pas ça. Alors on m'a suggérée de tenir ce blog (ma soeur se reconnaitra) et c'est formidable ce qu'il m'aide à avancer. Et des commentaires comme
les vôtres, qui sont si compréhensifs, me touchent profondément. C'est tellement agréable de constater que mes interlocuteurs comprennent ce que je veux dire, que j'arrive à restituer avec des mots
tout ce que j'ai en moi et que ça ne soit pas compris de travers. Merci Elo pour être devenue une de ceux qui savent m'apporter cette écoute.


NoriCroquante 15/08/2011 15:28



Merci de ce témoignage. J'en suis sincèrement touchée. Le corps et l'esprit ont bien des mystères à découvrir.



PandaVG 15/08/2011 15:50



Merci beaucoup, c'est très gentil de prendre le temps de me laisser ce message.



 

 

 

Quelque Chose De Précis À Chercher

 

VOS ARTICLES PREFERES


          TOP POSTS!  

 

http://images.allocine.fr/r_760_x/medias/nmedia/18/70/90/80/19120443.jpg

Etre surdoué
ça implique des inconvénients             

http://www.apprendreaapprendre.com/img_dossier/qi_loi_gauss.jpg

WAIS bilan psychométrique adulte:
je me suis décidée à le passer          

http://www.nbiweston.com/wp-content/uploads/2012/06/asperger.jpg

Test en ligne:
syndrome d'Asperger et vivre dans le monde des autres        

http://corporaterewards.com/uploads/icon-present.png Idées cadeaux pour végétariens
palette lily lolo Douche, shampoing, soins, cosmétiques, produits ménagers bio, écolo ET vegan (ingrédients non testés sur animaux)

 


LES RECETTES LES PLUS CONSULTEES


RECETTES VEGETALIENNES (promis, c'est bon quand même)

 

nems au tofu (recette de ma maman) Nems au tofu de ma maman
recette protéines de soja saveurs asiatiques Protéines de soja saveurs asiatiques
chou aux protéines de soja Protéines de soja et chou
(fake poulet!)
sauce bolognaise végétalienne aux protéines de soja Sauce bolognaise aux protéines de soja
(2 recettes)
pizza vegetalienne sans fromage 1 Pizza végétalienne
soupe japonaise express (miso, algue et tofu soyeux) Fake soupe miso express
raviolis-vegetariens-vapeur-avec-pate-a-raviole-wo-copie-1 Raviolis won ton vapeur faciles
soupe potiron lentilles corail Soupe potiron lentilles corail

 


ET C'EST PAS FINI!
LES AUTRES RECETTES

SUIVEZ-MOI!


Les tableaux de PandaVG sur Pinterest

 

Blogosphère
LES BLOGS ECOLOS ET/OU VEGE
AVEC DES RECETTES (mais pas que):
 

Archives (Blog Créé En 2011)

Qui visite ce blog en ce moment? Cliquez sur "real-time view"

Un petit sondage? Merci!

 

Prenez 2 secondes pour sauver un animal

ClicAnimaux.com - Cliquer pour Donner